adolescentes

Zambie : la pratique omniprésente du viol des filles par leurs enseignants

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Fév 1

En février 2006, une écolière de treize ans, R.M., a été violée par son professeur, Edson Hakasenke, qui lui avait demandé de passer chez lui pour chercher ses notes de classe. M. Hakasenke lui avait enjoint de ne rien dire à personne, car sinon elle serait renvoyée du collège et il perdrait son emploi. R.M. n’a pas parlé du viol pendant plusieurs semaines, jusqu’à ce qu’elle ait besoin de se faire soigner pour une maladie sexuellement transmissible contractée lors du viol. Sa tante et tutrice déposa plainte auprès du directeur de l’école.

Comment agir: 

Nous vous prions d’écrire au Directeur du ministère public (Director of Public Prosecutions) dont les coordonnées suivent pour lui demander d’engager des poursuites pénales contre Edson Hakasenke pour le viol de R.M. Ecrivez aussi au Procureur général (Attorney-General) pour lui demander de renoncer à faire appel de la décision de la Cour suprême d’imputer une part de responsabilité à l’état dans la conduite de M. Hakasenke. Envoyez une copie de vos deux lettres au ministre de la Justice. Rappelez-leur les obligations auxquelles l’état est tenu de protéger les jeunes filles en vertu de la propre constitution zambienne, du Protocole et d’autres instruments de défense des droits humains auxquels la Zambie est partie. Demandez au ministre de l’Education de réfléchir sérieusement à la recommandation du juge Musonda de mettre en place des mécanismes efficaces pour lutter contre les violences sexuelles à l’égard des filles au sein de l’institution scolaire, afin de garantir qu’à l’avenir, les filles soient protégées comme il convient contre les viols perpétrés par des membres de la communauté éducative, et pour qu’elles sachent à qui s’adresser si elles sont victimes d’un viol. Demandez à toutes les autorités de veiller à ce que les filles bénéficient de la protection pleine et entière de la loi si elles sont victimes d’un viol et à ce que toutes les poursuites prévues par la loi soient engagées contre les violeurs.

Envoyez vos lettres à :

Hon. Mumba Malila
Attorney-General
P.O. Box 50106
Lusaka
Republique de Zambia
Tél: +260 211 250 438
Fax: +260 211 253 695
 

Mr. Chalwe Mchenga
Director of Public Prosecutions
P.O. Box 50106
Lusaka
République de Zambia
Tél: +260 211 251 367
Fax: +260 211 257 636
 

Hon. Prof. Geoffrey Lungwangwa
Ministre de l'ducation
P.O. Box 50093
Lusaka
République de Zambia
Tél: +260 211 250 855/250 760
Fax: +260 211 254 139/250 162
 

Hon. George Kunda S.C.
Ministre de la Justice et des Affaires juridiques
P.O. Box 50106
Lusaka
République de Zambia
Tél: +260 211 251 588/253 509
Fax: +260 211 253 452

Lettres: 
Lettre modèle à l'attention du procureur général Malila

Hon. Mumba Malila
Attorney-General
P.O. Box 50106
Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 253 695

Monsieur le Procureur général (Attorney-General),

Je vous écris au sujet du jugement important rendu par le juge Phillip Musonda de la Cour suprême de Lusaka le 30 juin 2008 dans l’affaire de R.M., une écolière de 13 ans, à l’encontre d’Edward Hakasenke – son professeur qui l’a violée, de l’établissement scolaire Woodlands ‘A’ Basic School où R.M. était scolarisée, du ministère de l’Education et du Procureur général (Attorney-General).

Je vous demande instamment de renoncer à faire appel dans cette affaire afin de démontrer la volonté du gouvernement de protéger et promouvoir les droits des femmes et des filles conformément à la propre constitution zambienne et au Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme, ainsi qu’à d’autres instruments de défense des droits humains auxquels la Zambie est partie. Je vous exhorte aussi à veiller à ce que les filles puissent bénéficier de la protection pleine et entière de la loi si elles sont victimes d’un viol et à ce que toutes les poursuites prévues par la loi soient systématiquement engagées contre les violeurs.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, Monsieur le Procureur général (Attorney-General), à l’assurance de ma très haute considération.

  

CC : Hon. George Kunda S.C.
Ministre de la Justice et des Affaires juridiques
P.O. Box 50106, Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 253 452
 

Lettre modèle à l'attention à M. Mchenga

M. Chalwe Mchenga
Director of Public Prosecutions
(Directeur du ministère public)
P.O. Box 50106
Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 257 636

Monsieur le Directeur,

Je vous écris au sujet du jugement important rendu par le juge Phillip Musonda de la Cour suprême de Lusaka le 30 juin 2008 dans l’affaire de R.M., une écolière de 13 ans, à l’encontre d’Edward Hakasenke – son professeur qui l’a violée, de l’établissement scolaire Woodlands ‘A’ Basic School où R.M. était scolarisée, du ministère de l’Education et du Procureur général (Attorney-General).

Dans son jugement, le juge Musonda vous a déféré l’affaire afin que vous engagiez d’éventuelles poursuites pénales. Sans la protection pleine et entière de la loi, les filles, que ce soit à l’école ou ailleurs, sont exposées à un risque de viol et d’agression sexuelle et je vous demande instamment de prendre des mesures immédiates pour que M. Hakasenke ait à répondre du viol de R.M. dans toute la mesure prévue par la loi zambienne. Je vous exhorte aussi à veiller à ce que, d’une manière générale, les filles puissent bénéficier de la protection pleine et entière de la loi si elles sont victimes d’un viol et à ce que toutes les poursuites prévues par la loi soient engagées contre les violeurs afin que tous les citoyens, notamment les enfants, bénéficient des protections inscrites dans la constitution zambienne, le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme et tous les autres instruments de défense des droits humains auxquels la Zambie est partie.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à l’assurance de ma très haute considération.

 

 

CC : Hon. George Kunda S.C.
Ministre de la Justice et des Affaires juridiques
P.O. Box 50106, Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 253 452

Lettre modèle à l'attention du ministre Lungwangwa
 

The Honorable Dora Siliya
Ministre de l’Education
P.O. Box 50093
Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 253 502

Monsieur le Ministre,

Je vous écris au sujet du jugement important rendu par le juge Phillip Musonda de la Cour suprême de Lusaka le 30 juin 2008 dans l’affaire de R.M., une écolière de 13 ans, à l’encontre d’Edward Hakasenke – son professeur qui l’a violée, de l’établissement scolaire Woodlands ‘A’ Basic School où R.M. était scolarisée, du ministère de l’Education et du Procureur général (Attorney-General). Je vous demande instamment de suivre la recommandation expresse du juge Musonda que le ministère de l’Education mette en place des mécanismes efficaces pour lutter contre les violences sexuelles à l’égard des filles au sein de l’institution scolaire, afin de garantir qu’à l’avenir, les filles soient protégées comme il convient contre les viols perpétrés par des membres de la communauté éducative, et qu’elles sachent à qui s’adresser si elles sont victimes d’un viol.

Je vous exhorte aussi à travailler avec vos collègues du gouvernement pour garantir que les filles bénéficient de la protection pleine et entière de la loi si elles sont victimes d’un viol et que toutes les poursuites prévues par la loi soient systématiquement engagées contre les violeurs afin que tous les citoyens, notamment les enfants, bénéficient des protections inscrites dans la constitution zambienne et le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme, ainsi que d’autres instruments internationaux auxquels la Zambie est partie.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma très haute considération.

 

CC : Hon. George Kunda S.C.
Ministre de la Justice et des Affaires juridiques
P.O. Box 50106, Lusaka, République de Zambie
Fax : +260 211 253 452

 

Yémen : mettre fin aux mariages précoces par l’adoption d’une loi fixant un âge minimum du mariage

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Nov 1

Le 11 septembre 2009, Fawziya Abdullah Youssef, fillette yéménite de 12 ans, mariée à un agriculteur de 25 ans, est morte en couches, après 3 jours de travail extrêmement douloureux, accouchant d'un enfant mort-né, à l’hôpital du district d’al-Zahra, dans la province d’Hodeida, au Yémen. L’année précédente, le père de Fawziya l’avait retirée de l’école pour la marier à l’âge de 11 ans.

Comment agir: 

Nous vous demandons d’écrire au président, au ministre de la Justice et au président de la Chambre du Yémen pour demander l’adoption rapide d’une loi fixant à 18 ans l’âge minimum du mariage, ainsi que des pénalités appropriées en cas de violation de la loi Invitez-les à veiller à la mise en œuvre effective de cette loi, une fois adoptée, notamment par l’enregistrement obligatoire de tous les mariages. Ecrivez également au ministre de la Santé Publique et de la Population pour l’exhorter à faire en sorte que, conformément aux obligations du Yémen en vertu du droit international, le ministère de la Santé valide 18 ans comme âge minimum du mariage. Les courriers doivent être envoyés aux personnes suivantes :

General Ali Abdullah Saleh
President of the Republic of Yemen
President Residence
60 Street
Sana’a, Yemen
Fax: +967 1 274 147

Mr. Ghazi Al Ghabari
Minister of Justice
Ministry of Justice Justice Street
Sana’a, Yemen
Fax: +967 1 252 138
Tel: +967 1 252 136/7/9

Mr. Yahya Ali Al Raei
Speaker of the House
Yemeni Parliament
26 September Street
Sana’a, Yemen
Fax: +967 1 276 091
Email: info@yemenparliament.org

Prof. Dr. Abdul Karim Yehia Rasa
Minister of Public Health and Population
Ministry of Public Health and Population
El Hisbah Directorate
Sana’a, Yemen
Tel:- +967 1 252 241
Fax: +967 1 252 247
Email: akrasae@yahoo.com

Lettres: 

Le Président/Ministre de la justice/Président de la Chambre

[Monsieur le Président/Ministre de la justice/Président de la Chambre],

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet de la question du mariage précoce au Yémen, après la mort de Fawziya Abdullah Youssef une petite fille âgée de 12 ans qui, en 2008, à l’âge de 11 ans a été retirée de l’école pour être mariée à un homme plus vieux, Au bout de 3 jours de travail extrêmement douloureux, elle est morte en couches, son enfant étant mort-né. Dans un autre cas, une jeune fille de 14 ans, prénommée Ashgan, a été mariée à l’âge de 12 ans, et s’est enfuie à deux reprises du domicile de son mari pour rentrer dans sa famille. Pour faire pression sur elle et la contraindre à retourner chez son mari, son père a menacé de la tuer et de divorcer de sa mère. Asghan n’a dû qu’à une intervention du gouvernorat de Taiz de pouvoir rentrer dans sa famille et d’y rester jusqu’à l’âge de 17 ans. Ces filles ont, comme tant d’autres, besoin de l’aide du gouvernement pour pouvoir continuer à profiter de leur enfance. Je crois savoir que jusqu’à 50 % des jeunes filles yéménites sont mariées avant l’âge de dix-huit ans.

Des organisations internationales, telles que l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF et l’UNFPA ont mis en évidence les conséquences physiques, émotionnelles, psychologiques, intellectuelles et sexuelles négatives des mariages précoces, notamment avec des décès dus à des grossesses précoces et la privation d'éducation. Je vous exhorte à agir d’urgence pour veiller à ce que le Yémen adopte une loi fixant l’âge minimum du mariage à 18 ans, conformément aux engagements internationaux du Yémen, et pour veiller à la bonne application de cette loi, en particulier, en imposant l'enregistrement obligatoire de tous les mariages, et en poursuivant et punissant tous les auteurs d’infraction.

Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien accorder à ce problème.

Veuillez agréer, Monsieur Président/Ministre de la justice/Président de la Chambre, l’expression de mes salutations très respectueuses.

____________________________________ 

Le Ministre de la santé publique et de la population

Monsieur le Ministre de la santé publique et de la population
[Adresse]

Cher Monsieur le Ministre,

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet de la question du mariage précoce au Yémen, après la mort de Fawziya Abdullah Youssef, une petite fille âgée de 12 ans qui, l’an dernier, a dû arrêter ses études, pour être mariée à un homme plus vieux, alors qu’elle était âgée de seulement 11 ans. Au bout de 3 jours de travail extrêmement douloureux, elle est morte en couches, son enfant étant mort-né. Je crois savoir que jusqu’à 50 % des jeunes filles yéménites sont mariées avant l’âge de dix-huit ans.

L’UNICEF et l’UNFPA ont mis en évidence les conséquences physiques, émotionnelles, psychologiques, intellectuelles et sexuelles négatives des mariages précoces, et ont insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une violation des droits humains. Les grossesses précoces sont l'une des principales causes de décès des fillettes et jeunes filles. Les mariages précoces privent également les filles d’une éducation et compromettent gravement leur droit au bien-être mental, émotionnel et physique. Selon l’Organisation mondiale de la santé et l’UNFPA, le mariage précoce peut avoir de multiples conséquences négatives, tant pour la mère que pour l'enfant, telles qu'un faible poids à la naissance, un déclenchement du travail avant terme, des morts fœtales tardives, des décès périnataux, des cas d’hypertension dus à une grossesse, des sepsies puerpérales et des fistules obstétriques, et il en résulte un taux élevé de mortalité maternelle et infantile.

J’ai appris que le Parlement avait sollicité l’avis de votre ministère pour fixer un âge minimum du mariage. Je vous exhorte de vous conformer aux normes reconnues internationalement, y compris aux instruments ratifiés par le Yémen, et je recommande que l'âge minimum du mariage soit fixé à 18 ans au Yémen.

Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien accorder à ce problème.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations très respectueuses.

 

L'Esclavage au Ghana: La Tradition Trokosi

MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2002 Mai 1

Selon la tradition trokosi pratiquée dans le sud-est du Ghana, des filles vierges sont données aux prêtres du village comme moyen d'apaiser les dieux pour des crimes commis par des membres de la famille. Le mot trokosi veut dire en langue ewe, «les esclaves des dieux».

Comment agir: 

Veuillez écrire aux hauts fonctionnaires ci-dessous. Exprimez votre souci que des milliers de trokosi soient toujours asservies dans des lieux saints malgré la loi de 1998 interdisant la pratique. Demandez que le gouvernement prenne des mesures immédiates pour assurer la libération immédiate de toutes les trokosi, et des dispositions pour leur soutien matériel, leur éducation, leur retour à leurs familles, et leur réintégration dans leurs communautés. Exhortez le gouvernement à donner immédiatement l'ordre formel à la police du pays entier d'appliquer la loi, et d'engager des poursuites judiciaires contre les lieux saints qui gardent des trokosi en violation de la loi de 1998.

Son Excellence le Président
M. J.A. Kufour
Département du Président
Maison d'Etat/State House
Accra, GHANA
Fax: +233 21 676934

Ministre de la Justice
L'hon. Nana Akuffo Addo
Ministère de la Justice & Procureur Général
B.P. M 60, Ministères
Accra, GHANA
Fax: +233 21 667609

Veuillez écrire également au ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis, Colin Powell, en exprimant votre inquiétude à l'égard de la déformation apparente de la pratique trokosi par le gouvernement américain, au détriment de ceux qui travaillent pour mettre fin à cette pratique. Demandez qu'il prenne immédiatement des mesures pour corriger cette déformation apparente et pour réaffirmer que la pratique trokosi est une grave violation des droits de l'homme:

Ministre des Affaires étrangères Colin Powell
Ministère des Affaires étrangères
Washington DC 20520, USA
Fax: +1 202 261 8577

Ghana: La promulgation de législation criminalisant la tradition d'esclavage trokosi

MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
1999 Jan 1
Abla Kotor
Abla Kotor, Photo autorisée par Robert Grossman/NYT Pictures

Le 12 juin 1998, le Parlement ghanéen a voté un amendement du Code pénal, en y ajoutant l'article 314A, lequel criminalise toute forme d'esclavage rituel ou coutumier.

Comment agir: 

Veuillez écrire au président de Ghana, et lui remercier d'avoir soutenu la législation criminalisant la pratique trokosi. Exhortez-le à assurer que l'attention des communautés locales soit attirée sur cette législation, et qu'elle atteigne son but, de mettre fin à la tradition trokosi. Veuillez aussi le prier d'intervenir dans le cas d'Abla Kotor, afin de faciliter les efforts de la part d'International Needs pour la libérer du lieu saint Awlo-Korti. Les lettres devraient être envoyées à:

Son Excellence Jerry John Rawlings
Président de la République de Ghana
Le Château-Osu
Accra
GHANA

 

L'Esclavage au Ghana: La Tradition Trokosi

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
1998 Mar 1

Abla Kotor

Comment agir: 

Veuillez écrire aux fonctionnaires parlementaires suivants au Ghana. Exhortez-les à voter la législation déposée pour criminaliser la tradition trokosi, et à prendre immédiatement des mesures pour assurer la libération de toutes les trokosi au Ghana et la protection des filles contre cette tradition à l'avenir. Notez que Ghana a pris part à beaucoup de traités internationaux qui interdisent l'esclavage sous toutes ses formes, et que la Constitution du Ghana également interdit l'esclavage et le travail forcé. Veuillez envoyer des lettres aux fonctionnaires suivants:

Président de la Commission d'enquête parlementaire constitutionnelle,
judiciaire, et législative
Maison du Parlement
Accra, Ghana

Le Clerc du Parlement
Maison du Parlement
Accra, Ghana

Présidente du Comité des Femmes
Parlement de Ghana
Accra, Ghana

Syndiquer le contenu