Lettre modèle: Yémen : mettre fin aux mariages précoces par l’adoption et la stricte application d’une loi fixant un âge minimum du mariage

Printer-friendly versionSend to friend

[indiquez votre adresse]

Monsieur le Président [ou Monsieur le Ministre ou Monsieur le Président de l’Assemblée des représentants],
Je vous écris pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet des mariages d’enfants au Yémen et de leurs effets extrêmement négatifs sur les filles. Le mariage des enfants constitue une violation des droits humains des filles en ce qu’il ne leur permet pas de s’exprimer sur le moment du mariage et le choix de l’époux. De nombreuses organisations internationales, parmi lesquelles l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF et le FNUAP, ont souligné les dommages causés aux filles mariées très jeunes du point de vue physique, émotionnel, psychologique, intellectuel et sexuel, notamment la privation d’éducation et les décès provoqués par les grossesses précoces. Les filles exposées au risque de mariage précoce et aux dommages qu’il cause ont besoin d’être protégées et soutenues par le gouvernement yéménite pour pouvoir vivre pleinement leur enfance.
Il a été porté à ma connaissance qu’un projet de loi proposant un âge minimum de mariage allait être examiné par le parlement. Je vous prie instamment d’intervenir pour que cette loi soit adoptée le plus rapidement possible et de prendre des mesures pour assurer sa stricte application, notamment en exigeant l’enregistrement de tous les mariages et en poursuivant et en sanctionnant tous les contrevenants. Je tiens à souligner que beaucoup d’autres pays, notamment ceux dont le système juridique est proche de celui du Yémen, tels que l’Algérie, le Bangladesh, la Jordanie, l’Irak, la Malaisie, le Maroc et la Turquie, ont fixé à 18 ans l’âge minimum du mariage, et que d’autres pays s’apprêtent à le faire.
En vous remerciant de l’attention que vous porterez à cette lettre, je vous prie de croire, Monsieur le Président [ou Monsieur le Ministre ou Monsieur le Président de l’Assemblée des représentants], à l’assurance de ma très haute considération.