Etats-Unis : G&F Tours – Appel à l’application de la loi pour mettre fin au tourisme sexuel

Printer-friendly versionSend to friend
IMPORTANT: This archived action campaign has been completed or discontinued, and the information contained in it may not be current. Please see Take Action for current and ongoing campaigns.
Date: 
1 Oct 2005

« Il vous faut une ingénue en quête de séduction ou une prostituée nymphomane déchaînée ? ... Vous voulez que ça soit gentil ou que ça soit sale ? … Peut-être avez-vous entendu parler d'échantillons de pipe… ? Tout est vrai ! » (Site internet de G&F Tours)

G&F Tours vante ses « sex tours asiatiques, à la fois abordables et organisés avec des guides experts ». La société offre à ses clients de profiter en toute sécurité « de ce que la nuit d’Asie du sud-est a de mieux à offrir au touriste sexuel en vacances ». Elle aguiche encore les clients potentiels en insistant sur le fait que le touriste peut entretenir des relations sexuelles avec une fille différente chaque jour et ne payer que le lendemain matin.

Pendant plus de dix-sept ans, Gunter Frentz, propriétaire-exploitant de G&F Tours, a organisé des voyages touristiques à caractère sexuel en Thaïlande, aux Philippines et au Cambodge. Sa société était initialement implantée à Miami, dans l’Etat de Floride, avant d’être transférée à la Nouvelle Orléans, en Louisiane, et enfin à Forth Worth, au Texas. G&F Tours fait actuellement des publicités pour des voyages organisés de dix nuits en Thaïlande ou aux Philippines ou dans ces deux pays pour des prix compris entre 1 525 $ et 2 670 $. Le prix des tours individuels varient de 1 715$ à 3 225$. Pour ce prix, en plus de l'organisation du transport aérien et de l'hébergement hôtelier pour les touristes, la société met à la disposition de ceux-ci, des guides locaux chargés d’accompagner les clients, dans les pays de destination dans des bars ou des clubs où ils peuvent acheter du sexe. Le site internet de G&F propose des guides « sympathiques et expérimentés », pour « vous aider  à trouver la fille qu’il vous faut, lui expliquer comment ça se passe et ce que ça coûte.». En bref, contre rémunération, Gunter Frentz transporte des hommes dans des pays étrangers, principalement en Thaïlande, et contribue à leurs efforts pour promouvoir la prostitution. Il qualifie lui-même ses voyages de « tourisme sexuel ».

Les témoignages des clients de G&F présentés sur le site internet de la société, louent la quantité et la qualité du sexe en vente en Thaïlande. Ces témoignages décrivent des activités liées à la prostitution pratiquées à l’occasion de voyages organisés, et mettent l’accent sur le fait que l'achat de sexe n'est guère onéreux. Ainsi que l’expliquait un touriste sexuel ayant recouru aux services de G&F, « pour un prix de 350 bahts (14 $), j’ai pu la ramener à mon hôtel, la baiser toute la nuit… et, le matin ou lorsque j’en avais assez, lui filer un pourboire de 1 000 bahts (40 $) ». Certains témoignages comparent la nature supposée servile des femmes prostituées asiatiques à celle de leurs homologues occidentales. Un client de G&F se souvient qu’une femme thaïlandaise qu’il avait payée pour le sexe s'est mise à genoux pour lui remettre ses chaussettes et ses chaussures. Un autre touriste sexuel de G&F relève que « [m]ême si [Gunter Frentz] nous avait indiqué que l’âge minimum pour qu’une fille puisse travailler comme danseuse dans un club était de 18 ans, j’ai peine à croire qu’au moins deux ou trois danseuses aient atteint cet âge ». Des organisations non gouvernementales implantées en Thaïlande et aux Philippines ont pu vérifier qu’un nombre non négligeable d’hôtesses de bar et de femmes prostituées étaient bel et bien mineures.

Selon certaines estimations, un quart des touristes sexuels internationaux viendraient des Etats-Unis. La loi américaine de 2000 sur la protection des victimes de la traite d'êtres humains (The Trafficking Victims Protection Act) reconnaît que le tourisme sexuel est un moyen parmi lequel  l'exploitation sexuelle à des fins commerciales des femmes et des filles a contribué au développement de l’industrie internationale du sexe, ainsi qu'à l'augmentation de la demande de la traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle. En vertu de la Directive présidentielle américaine de 2003 en matière de sécurité nationale sur la traite des personnes, la « prostitution et les activités liées, qui sont intrinsèquement préjudiciables et déshumanisantes, contribuent au phénomène de la traite des personnes, comme le tourisme sexuel, dont le chiffre d’affaires est estimé à 1 milliard de dollars par an, pour le monde entier ». Les Nations Unies estiment que la traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle génère environ 7 milliards de dollars de revenus annuels.

La loi Mann, une législation fédérale des Etats-Unis, pénalise toute personne qui, en connaissance de cause, transporte une autre personne dans un Etat américain ou un pays étranger, « pour que cette personne se livre à la prostitution, ou à une quelconque autre activité sexuelle au titre de laquelle une personne peut faire l’objet de poursuites pénales... ». La loi interdit également à une personne d’en persuader ou d’en contraindre une autre à accepter d’être transportée à des fins de prostitution ou d’autres infractions de nature sexuelle. Au cours de ces dernières années, Egalité Maintenant a, à plusieurs reprises, contacté le ministère de la justice des Etats-Unis et le procureur général du district de l’est de l’Etat de Louisiane, où se trouvait, jusqu’à très récemment, le siège de G&F Tours, et a demandé à des fonctionnaires et représentants des autorités d’engager des poursuites à l’encontre de G&F Tours sur la base de la loi Mann. Les représentants des pouvoirs publics n’ont cependant pris aucune mesure en vue de l'engagement de poursuites, et cela bien que les activités de G&F Tours, telles que décrites par la société elle-même et détaillées très largement sur son site internet, relèvent indubitablement du champ d’application de la loi Mann. Immédiatement après le passage de l’ouragan Katrina, qui a dévasté la Nouvelle Orléans, Gunter Frentz s’est installé à Forth Worth, au Texas, et il continue à exploiter ses activités de tourisme sexuel depuis cette ville.

Alors même que, dans leur Rapport annuel sur la traite des personnes (Trafficking in Persons Report), les autorités américaines critiquent d’autres Etats pour l’absence de répression suffisante de la demande pour la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, les pouvoirs publics américains n’ont pas fait tout ce qu’ils peuvent pour protéger les femmes et les jeunes filles d’autres pays de devenir les proies de touristes sexuels américains. La proposition de loi de 2005 pour mettre fin à la demande pour la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle (The End Demand for Sex Trafficking Act) a été présentée à la Chambre des représentants du Congrès des Etats-Unis par Deborah Pryce, républicaine de l’Ohio, et Carolyn Maloney, démocrate de New York, ainsi qu’au sénat par John Cornyn,républicain du Texas, et Arlen Specter, républicain de la Pennsylvanie. La proposition comporte une disposition destinée à modifier la loi Mann pour préciser qu’au nombre des personnes se livrant à des activités sexuelles au titre desquelles elles sont passibles de poursuites pénales figure « l'acheteur d'activités sexuelles à caractère commercial ». L’adoption de cet amendement aurait le mérite de préciser, pour les procureurs fédéraux ayant refusé de faire appliquer la loi, que la loi Mann pourra et devra être utilisée pour poursuivre les organisateurs de tourisme sexuel installés aux Etats-Unis.

G&F Tours n’est pas la seule agence spécialisée dans le tourisme sexuel opérant sur le territoire américain. Il existe, aux Etats-Unis, plusieurs autres agences qui organisent des voyages à caractère sexuel en Asie, en Europe de l’est et en Amérique latine. En dépit de la formulation claire des dispositions de la loi Mann, qui rend possible de poursuites toute personne qui transportet une autre personne d’un Etat américain à l’autre ou dans un pays étranger avec l’intention de livrer cette personne à des activités se rapportant à la prostitution, aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre de voyagistes spécialisés dans le tourisme sexuel en vertu de la présente loi. Les personnes transportant des touristes sexuels pourraient également faire l’objet de poursuites en vertu de la loi fédérale des Etats-Unis sur les voyages (Travel Act), qui pénalise le fait de se livrer au commerce entre Etats ou international « dans le but de promouvoir, gérer, organiser, poursuivre ou faciliter la promotion, la gestion, l’organisation ou la mise en œuvre d’activités illégales ». Au nombre de ces activités figureraient le proxénétisme et/ou la promotion de la prostitution en Thaïlande, par exemple, ou ils sont illégales. Aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre de voyagistes spécialisés dans le tourisme sexuel au titre de cette loi. Aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre de voyagistes spécialisés dans le tourisme sexuel, où que ce soit aux Etats-Unis, en vertu du droit fédéral ou d’Etat, à l’exception de Big Apple Oriental Tours, une agence new-yorkaise spécialisée dans le tourisme sexuel dont les exploitants font actuellement l’objet de poursuites en vertu du droit de l’Etat de New York.

What You Can Do: 

Ecrivez au ministre de la justice des Etats-Unis, M. Eric H. Holder, Jr., et invitez-le à engager des poursuites à l’encontre de M. Gunter Frentz, propriétaire-exploitant de G&F Tours, pour avoir, en connaissance de cause et ouvertement, transporté des personnes dans d’autres pays pour leur permettre d'encourager la prostitution, en contravention avec la loi Mann et la loi sur les Voyages. Insistez sur le fait que des mesures efficaces pour lutter contre la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et contre l’exploitation sexuelle à des fins commerciales nécessitent que l’accent soit mis sur le côté demande du secteur, et son éradication, y compris le tourisme sexuel, ainsi que les autorités américaines l’ont reconnu dans la Directive présidentielle de 2003 en matière de sécurité nationale sur la traite des personnes et dans leur Rapport annuel sur la traite des personnes. Invitez le ministre de la justice à préciser à tous les procureurs fédéraux que les activités des sociétés spécialisées dans le tourisme sexuel relèvent du champ d’application du droit fédéral et constituent une infraction à celui-ci, et à s’assurer que le ministère de la justice prenne des mesures pour fermer tous les voyagistes spécialistes du tourisme sexuel opérant depuis les Etats-Unis. Ecrivez également au procureur général pour le district nord de l’Etat du Texas, en lui indiquant que vous savez que G&F Tours vient de se réimplanter à Forth Worth, au Texas, et en lui demandant de prendre des mesures immédiates pour obtenir l'arrêt des activités de tourisme sexuel de Gunter Frentz.

Les lettres doivent être adressées à :

U.S. Attorney General Eric H. Holder, Jr.
U.S. Department of Justice
950 Pennsylvania Avenue NW
Washington, DC 20530, Etats-Unis
Télécopie : +1 202-307-6777
E-mail : AskDOJ@usdoj.gov

U.S. Attorney Richard B. Roper
U.S. Attorney's Office-North District of Texas
Dallas Division
Earle Cabell Federal Building
1100 Commerce Street, Suite 300
Dallas, Texas 75242-1699, USA
Télécopie: +1 214-767-2898