Tourisme sexuel : les dirigeants de Big Apple Oriental Tours mis en examen pour promotion de la prostitution

Printer-friendly versionSend to friend
IMPORTANT: This archived action campaign has been completed or discontinued, and the information contained in it may not be current. Please see Take Action for current and ongoing campaigns.
Date: 
1 Mar 2004

Le 27 février 2004, à l’issue d’une année d’enquête conduite par le Procureur général de l’Etat de New York, Norman Barabash et Douglas Allen, propriétaire et exploitants de Big Apple Oriental Tours, ont été mis en examen par un grand jury pour promotion de la prostitution, en violation de la section 230.25 du code pénal de l’Etat de New York. Cette mise en examen, qui est l’aboutissement de la campagne menée depuis sept ans par Egalité Maintenant pour mettre fin aux activités de Big Apple Oriental Tours, représente la première action pénale de ce type intentée aux Etats-Unis contre une entreprise de tourisme sexuel. Elle va faire clairement comprendre aux autres voyagistes proposant ce genre de séjours que promouvoir la prostitution peut être et sera considéré comme un crime grave. S’ils sont condamnés, MM. Barabash et Allen pourraient encourir jusqu’à sept ans de prison. En juillet 2003, une procédure civile engagée par le Procureur général de l’Etat de New York, Eliot Spitzer, avait déjà permis d’obtenir une ordonnance d’interdiction temporaire à l’encontre de l’agence de voyages, l’obligeant à cesser d’organiser et de faire la promotion de nouveaux séjours et à fermer son site Web.

En 1996, Egalité Maintenant a lancé sa campagne Action Femmes demandant que des poursuites soient engagées contre Big Apple Oriental Tours, une agence de l’Etat de New York organisant des sex tours aux Philippines et en Thaïlande. A l’époque, Big Apple Oriental Tours proposait un séjour de 12 jours aux Philippines pour 2 195 dollars, comprenant les transports, le billet d’avion, la chambre d’hôtel et la possibilité pour le touriste de « choisir sa compagne dès son arrivée à Angeles City ». La publicité annonçait également : « Vous n’êtes pas obligé de garder la même compagne. Vous pouvez en choisir une autre à n’importe quel moment de votre séjour. » Dans la Foire aux questions du site Web de Big Apple Oriental Tours, à la question « Organisez-vous des sex tours ? », on trouvait comme réponse : « Le dictionnaire American Heritage définit les sex tours comme des voyages vers des destinations où les touristes ont accès à des services sexuels. Par exemple, la prostitution est légale à l’intérieur d’un certain cadre en Israël et en Italie. Par conséquent, si les séjours que nous proposons sont des sex tours, les pèlerinages religieux en Terre sainte et au Vatican le sont tout autant. » En réponse aux demandes de renseignements complémentaires, Norman Barabash fournissait une liste de noms et de numéros de téléphone de personnes ayant déjà utilisé les services de Big Apple Oriental Tours, et invitait les clients potentiels à visionner sa collection de cassettes vidéo, présentée comme « l’Encyclopédie Britannica de l’obscénité ». Big Apple Oriental Tours fournit une liste de films pornographiques en vente, liste qui comprend des descriptions du genre « des scènes incroyables de lubricité et de débauche » et « les finalistes prennent leur revanche avec le plus comique des viols collectifs sur cassette vidéo ».

Les explications données par M. Barabash et les récits de voyageurs ayant utilisé les services de Big Apple Oriental Tours ont permis d’avoir une idée plus précise du déroulement des sex tours. Le touriste était attendu à l’aéroport où une voiture ou un bus le conduisait à Angeles City. Il était accueilli là-bas par le représentant de Big Apple Oriental Tours aux Philippines. Ce dernier l’accompagnait dans plusieurs bars de la ville. Le voyageur choisissait la jeune fille ou la femme de son goût parmi celles qui travaillaient dans les bars, et le représentant de Big Apple Oriental Tours négociait le tarif de la passe, appelé barfine, avec son mamasan (le patron). Le lendemain, le mamasan contactait le touriste pour s’assurer que la femme « donnait satisfaction ».

Dans un premier temps, Egalité Maintenant a fait campagne auprès du procureur du Queens pour qu’il prenne des mesures à l’encontre de Big Apple Oriental Tours. En dépit de toutes les preuves montrant que l’agence faisait la promotion de la prostitution en violation de la section 230.25 du code pénal de l’Etat de New York, et malgré les protestations des membres du réseau Action Femmes d’Egalité Maintenant dans le monde entier, il a fallu attendre qu’Egalité Maintenant porte l’affaire à l’attention du Procureur général Eliot Spitzer en 2002, avec le soutien de Gloria Steinem, de Carolyn Maloney, membre du Congrès américain, et de la New York Women’s Agenda, une coalition dont fait partie Egalité Maintenant, pour qu’une enquête officielle approfondie soit ouverte et qu’une ordonnance d’interdiction temporaire soit prononcée contre Big Apple Oriental Tours.

Le tourisme sexuel est une forme d’exploitation qui se nourrit de l’inégalité des sexes et contribue à la traite des femmes. Il constitue une violation des droits de l’homme. Big Apple Oriental Tours n’est pas le seul voyagiste des Etats-Unis qui propose des séjours de tourisme sexuel. D’autres, comme Dexterhorn en Californie, Bendricks en Floride, Men’s Travel dans l’Etat de Washington et G&F Tours en Louisiane, continuent d’avoir des destinations comme la Thaïlande, les Philippines et le Costa Rica. Le fait que les dirigeants de Big Apple Oriental Tours fassent l’objet d’une procédure pénale représente une grande avancée dans la reconnaissance par l’Etat de la nécessité d’agir pour mettre fin aux activités illégales des opérateurs de sex tours et s’attaquer aux graves conséquences qu’elles ont sur les violences et la discrimination dont les femmes sont victimes partout dans le monde.

What You Can Do: 

Nous vous invitons à écrire au Procureur général de l’Etat de New York, Eliot Spitzer, pour le féliciter du rôle majeur qu’il a joué pour faire respecter la loi et obtenir enfin des autorités de police qu’elles empêchent Big Apple Oriental Tours d’encourager la prostitution par le biais de ses séjours de tourisme sexuel. Faites-lui part de votre espoir que son action serve d’exemple à ses collègues et les encourage à poursuivre jusqu’au bout tous les opérateurs de sex tours faisant la promotion de la prostitution à partir des Etats-Unis.

New York State Attorney General Eliot Spitzer
The Capitol
Albany, NY 12224-0341 USA
Télécopie : +1-518-402-2472