Traite des femmes et des filles

Version imprimable

Agissez maintenant !

« L’expression ‘traite des personnes’ désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force, ou d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre, aux fins d’exploitation. » --Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants

Chaque année, des millions de femmes et de filles sont victimes de violations graves de leurs droits humains infligées par des trafiquants et des proxénètes qui tirent profit de la traite des êtres humains, ainsi que de « michetons » ou de clients, qui les exploitent et alimentent ce commerce illégal de plusieurs milliards de dollars. Certaines femmes sont victimes d’enlèvements, d’autres sont abusées par des offres d’emploi apparemment légitimes, d'autres encore sont vendues par leur famille en situation de pauvreté, ou conduites par la pauvreté, l’isolement ou la toxicomanie à tomber entre les mains de trafiquants qui tirent parti de leur désespoir et de leur vulnérabilité. Les trafiquants ont recours à la manipulation, à la coercition et à la tromperie pour prendre les femmes au piège, et il est extraordinairement difficile pour elles de s'échapper. Quel que soit le chemin qui les conduit à l’exploitation sexuelle commerciale, les femmes peuvent se retrouver prisonnières d'un univers de violence, de liens d'endettement, d'abus et d'isolement.

Même si la traite des êtres humains est difficile à identifier et ne fait que rarement les gros titres de la presse, il s'agit d'une criminalité répandue et corrosive qui dépasse les frontières nationales et qui s'inscrit non seulement dans un contexte international, mais également national, étatique, urbain ou local. L’Organisation internationale du travail (OIT) estime qu’à tout moment, au moins 12,3 millions d’adultes et d’enfants sont contraints au travail forcé, à la servitude pour dette ou à la servitude sexuelle à des fins commerciales. Selon l’ONU, 79 % des cas identifiés de traite d’êtres humains impliquent une exploitation sexuelle et la majorité des victimes sont des femmes et des enfants.

Egalité Maintenant considère que le meilleur moyen de mettre fin à la traite à des fins sexuelles consiste à s'attaquer à la demande de services sexuels. Une stratégie de ce type impliquerait de criminaliser la traite et l’achat de sexe en protégeant dans le même temps les victimes de la répression pénale et en mettant à leur disposition des services de réinsertion et autres.

Dans ce domaine, nous soutenons le travail des groupes activistes de base qui œuvrent pour mettre un terme à la traite en vue de l'exploitation sexuelle. Nous militons également pour l’adoption et l’application de législations fortes en matière de lutte contre la traite au niveau étatique ou provincial, national et international.

Autres initiatives d’Egalité Maintenant pour mettre fin à la traite des femmes et des filles:

Pour plus d’informations concernant des campagnes passées et terminées faisant partie de ce programme, nous vous invitons à consulter les archives de campagnes.

Ressources