Mettre fin aux MGF aux États-Unis : soutenez la Loi sur la protection des filles

Version imprimable
IMPORTANT : Cette campagne d’action est terminée ou interrompue et les informations contenues dans celle-ci peuvent ne plus être d’actualité. Veuillez consulter la section Agissez pour les campagnes actuellement en cours.
Date: 
24 Mai 2010

*Actions recommandées uniquement pour les membres des États-Unis*
Les mutilations génitales féminines sont une pratique traditionnelle néfaste vieille de plusieurs siècles et qui affecte jusqu'à 140 millions de femmes et de filles de par le monde. Les MGF sont reconnues comme une grave violation des droits humains et l'Organisation mondiale de la santé décrit la pratique comme représentative de l'inégalité profondément enracinée entre les sexes et comme une forme extrême de discrimination contre les femmes. Les MGF consistent à ôter tout ou partie des organes génitaux féminins et sont pratiquées en Afrique, dans certains pays d'Asie et du Moyen-Orient, ainsi que dans les endroits où résident des immigrés pratiquant les MGF, notamment aux États-Unis. Le ministère américain de la Santé et des Services sociaux estimait en 1997 que plus de 168 000 filles et femmes vivant aux Etats-Unis sont, ou ont été, menacées par la pratique.

Une loi fédérale de 1996 interdisant la pratique des MGF aux États-Unis n'a pas abordé le problème des jeunes filles éloignées du pays, parfois vers le pays d'origine de leurs parents, pour être soumises à des MGF. Egalité Maintenant se félicite d’une nouvelle législation, la "Loi sur la protection des filles" (H.R. 5137) coparrainée par les représentants Joseph Crowley (Parti Démocrate-New York) et Mary Bono Mack (Parti Républicain-Californie), qui comblera cette lacune et renforcera la loi fédérale de 1996. L'amendement d’extraterritorialité Crowley-Bono Mack (ou "vacation provision"/"disposition de vacances judiciaires"), introduit le 26 avril 2010, prévoit qu’il sera illégal de transporter à l'étranger une jeune fille mineure vivant aux États-Unis afin de lui faire subir des MGF.

Il est urgent de protéger les filles qui risquent de souffrir de cette pratique discriminatoire. Nous exhortons les États-Unis à profiter de cette étape cruciale pour réaffirmer que les MGF constituent, sous toutes leurs formes, une violation des droits humains. Nous demandons également à ce que des programmes de sensibilisation, de proximité, et d’éducation attentifs aux cultures soient mis en place pour protéger des MGF les filles qui vivent aux États-Unis.

Comment agir: 

Veuillez écrire à votre représentant en lui demandant de soutenir H.R. 5137.

Lettres: 

[Ajoutez l’adresse]

Cher(e)

Je vous écris pour exprimer ma profonde préoccupation au sujet d’une situation courante où des filles sont emmenées de force dans leur pays d'origine pour y être soumises à des mutilations génitales féminines (MGF). Les MGF sont une pratique traditionnelle néfaste vieille de plusieurs siècles qui affecte jusqu'à 140 millions de femmes et de filles de par le monde. Elles sont reconnues comme une grave violation des droits humains et l'Organisation mondiale de la santé décrit la pratique comme représentative de l'inégalité profondément enracinée entre les sexes et comme une forme extrême de discrimination contre les femmes. Les MGF consistent à ôter tout ou partie des organes génitaux féminins et sont pratiquées en Afrique, dans certains pays d'Asie et du Moyen-Orient, ainsi que dans les endroits où résident des immigrés pratiquant les MGF, notamment aux États-Unis.

Le ministère américain de la Santé et des Services sociaux estimait en 1997 que plus de 168 000 filles et femmes vivant aux Etats-Unis sont, ou ont été, menacées de par la pratique. Une loi fédérale de 1996 interdisant la pratique des MGF aux États-Unis n'a pas abordé le problème des jeunes filles éloignées du pays, parfois vers le pays d'origine de leurs parents, pour être soumises aux MGF.

Je suis conscient qu’une nouvelle législation, la "Loi sur la protection des filles" (H.R. 5137) coparrainée par les représentants Joseph Crowley (Parti Démocrate-New York) et Mary Bono Mack (Parti Républicain-Californie), vise à combler cette lacune et à renforcer la loi fédérale de 1996. L'amendement d’extraterritorialité Crowley-Bono Mack (ou "vacation provision" /"disposition de vacances judiciaires"), introduit le 26 avril 2010, prévoit qu’il sera illégal de transporter à l'étranger une jeune fille mineure vivant aux États-Unis afin de lui faire subir des MGF. Je vous exhorte à soutenir H.R. 5137 et à profiter de cette étape cruciale pour réaffirmer que les MGF constituent, sous toutes leurs formes, une violation des droits humains. Je vous invite aussi à soutenir la mise en place de programmes de sensibilisation, de proximité, et d’éducation attentifs aux cultures pour protéger les filles qui vivent aux États-Unis des MGF. Je vous remercie de votre attention.

Cordialement