Appel au Secrétaire général des Nations Unies pour une meilleure représentation des femmes au sein du Secrétariat général de l’ONU

Version imprimableSend to friend
Date: 
1 Fév 2007

En octobre 2006 Ban Ki-Moon, ministre des affaires étrangères de la République de Corée, a été désigné par le Conseil de sécurité des Nations Unies, et élu par l’Assemblée générale, pour un mandat de cinq ans, au poste de Secrétaire général de l’ONU. Dans sa première intervention devant l'Assemblée générale, immédiatement après son élection, le Secrétaire général a affirmé sa volonté de « diriger par l’exemple » et spécifiquement mentionné la meilleure représentation des femmes, notamment aux échelons élevés, au nombre de ses objectifs pour le Secrétariat des Nations Unies. Peu après sa prestation de serment en qualité de numéro un de l’ONU, le Secrétaire général Ban Ki-Moon a fait part publiquement de son intention de nommer une femme aux fonctions de Secrétaire général adjoint. Parmi les premières nominations à des fonctions de haut niveau rendues publiques en janvier 2007 figurent un certain nombre de femmes, parmi lesquelles Asha-Rose Migiro, ministre des affaires étrangères de Tanzanie, nommée Secrétaire générale adjointe. Le Secrétaire général a nommé la mexicaine Alicia Barcena, chef de cabinet du précédent Secrétaire général, Kofi Annan, aux fonctions de Secrétaire générale adjointe de l'ONU chargée de l'administration et de la gestion. Il a également choisi Michèle Montas, journaliste haïtienne primée ayant occupé le poste de porte-parole du président de l’Assemblée.

Ces premières nominations permettent d’espérer que les Nations Unies pourront finalement tenir leur engagement de faire une place accrue aux femmes dans leur Secrétariat. Cet engagement figurait explicitement dans le Programme d’action de Pékin adoptée en 1995, lors de la Quatrième conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, avec comme date cible pour la mise en œuvre, l’an 2000. Et pourtant, en 2006, les Nations Unies étaient loin d’avoir atteint cet objectif et n’avaient guère fait de progrès en ce sens. Un rapport de l’ONU, daté de septembre 2006, remarquait que la représentation des femmes aux niveaux des fonctions spécialisées et de responsabilité plus élevées était demeurée pratiquement statique, et que, dans certains cas, il était même possible de constater un recul. Ainsi, le pourcentage de femmes occupant des postes de direction à l'échelon D-1 a-t-il reculé d'environ 7 points, pour atteindre 25,3 %. En juin 2006, seuls 15,4 % des secrétaires généraux adjoints étaient des femmes, en recul par rapport à juin 2005 où ce pourcentage était de 16,2 %, et par rapport à juin 2004, où il était de 16,7 %. Dans l’ensemble, les femmes occupaient seulement 37,4 % des fonctions spécialisées et de responsabilités plus élevées au sein du Secrétariat, soit un niveau identique à ce qu’il était ces trois dernières années.

Dans ce contexte, l’engagement précoce et public du Secrétaire général Ban Ki-Moon en faveur de l’avancement des femmes au sein du système des Nations Unies est encourageant. Les postes auxquels il a nommé des femmes sont essentiels pour la gestion de l’organisation et sa représentation publique. En choisissant des femmes comme adjointe, porte-parole et directrice administrative, le nouveau Secrétaire général a envoyé un signal fort laissant penser que l’objectif de parité entre les sexes peut être atteint s'il est déterminé à le faire et s'il continue à mettre en œuvre une politique volontariste de recrutement de femmes qualifiées aux échelons supérieurs de l’administration des Nations Unies.

Il reste à voir si ces premiers pas de Ban Ki-Moon constituent un engagement à long terme et le début d’un effort soutenu pour modifier les Nations Unies. Partout dans le monde, l’inégalité d’accès des femmes aux postes de décision compromet les progrès vers la réalisation de l’ensemble des objectifs des Nations Unis, y compris l’égalité, le développement et la paix. Si le Secrétaire général est animé par cette vision et encourage l'ouverture, au plus haut niveau, de portes jusqu’alors fermés aux femmes, les Nations Unies en bénéficieront.

Comment agir: 

Nous vous invitons à écrire au nouveau Secrétaire général pour le féliciter de sa nomination, et de son engagement public pour promouvoir le statut de la femme aux Nations Unies. Faites lui part de votre satisfaction quant à l’équilibre hommes-femmes dans le cadre de cette première série de nominations à des fonctions de haut niveau, et demandez-lui de fixer une date cible modifiée pour l’objectif 2000 de représentation égale au sein du Secrétariat de l’ONU. Invitez-le à démontrer, sous sa direction, que ces engagements peuvent et doivent avoir un sens, et encouragez-le à continuer à recruter activement des femmes à des postes de direction et d'encadrement supérieur au sein des Nations-Unies. Les lettres doivent être adressées à :

H.E. Ban Ki-Moon
United Nations Secretary-General
UN Headquarters, Room S-3800
New York, NY 10017 - Etats-Unis
Fax : +1 212-963-2155