Un juge pakistanais condamne un père reconnu coupable d'avoir violé sa fille de 15 ans à la peine maximale

Version imprimable

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
25 juillet 2011
Contact: NEW YORK: Karen Asare, (01) 212-586-0906, media@equalitynow.org

Lahore, Pakistan - Le tribunal pakistanais de Lahore a condamné le 22 juillet 2011 un père reconnu coupable d'avoir violé sa fille de 15 ans à la peine maximale, montrant que le système judicaire peut fonctionner en faveur de victimes vulnérables et généralement sans voix face à de tels crimes inqualifiables. L'affaire, commencée il y a plus de deux ans quand Mariam (nom d’emprunt), une jeune pakistanaise de 15 ans, a été traînée hors de la chambre qu'elle partageait avec ses cinq frères et sœurs et brutalement violée par son père, s’est conclue lorsque le juge a prononcé une condamnation à mort pour le père.

«Bien qu’en tant qu’organisation de défense des droits humains nous ne soutenons pas la peine de mort, nous nous réjouissons de ce verdict de culpabilité qui envoie un message fort à la société : les crimes de violence sexuelle, et en particulier ceux commis à l’intérieur la famille, ne seront pas tolérés», affirme Yasmeen Hassan, directrice exécutive adjointe d’Egalité Maintenant, une organisation internationale œuvrant pour les droits des femmes et des filles dans le monde.

Bien que ce jugement montre que le système judiciaire pakistanais peut protéger les citoyens les plus vulnérables, le cas de Mariam a démontré les obstacles que les victimes de violences sexuelles ont à surmonter pour obtenir justice. Malgré un rapport médico-légal confirmant le viol, les enquêteurs ne l’ont d'abord pas cru. La police allait abandonner l'affaire, considérant que celle-ci était motivée par un désir de vengeance de la mère de Mariam contre son père. Par ailleurs, le procureur initial a été suspendu pour avoir mal géré l’affaire en mettant le père en liberté provisoire sous caution et en essayant d'obtenir l’annulation du rapport de police. Lors du procès, la procédure judiciaire a été marquée par de longs retards qui ont contribué à épuiser la jeune victime et sa famille, celles-ci devant régulièrement apparaître devant le tribunal. Les procédures légales n’ont pas empêché Mariam d’être exposée à son violeur au tribunal et à l'extérieur. En ce qui concerne les lois sur les violences sexuelles, le processus a aussi montré le manque de compréhension des procureurs et du personnel médico-légal ayant témoigné. Tous ces obstacles ont été surmontés grâce à beaucoup d'efforts et des recours appropriés ont été mis en place par les avocats de Mariam.

Mariam a été soutenue tout au long du processus. Nasreen Welfare Trust a fourni une représentation juridique gratuite. War Against Rape (WAR), qui fourni un savoir-faire pour répondre aux besoins des rescapées de violences sexuelles, a offert des conseils et un soutien au tribunal, et Egalité Maintenant s’est occupé du soutien technique. «Le jugement est l'aboutissement du travail que nous avons accompli pendant les 19 dernières années au Pakistan afin de s'assurer que les victimes de violences sexuelles aient accès à la justice», explique Sidra Humayun de WAR. En tant qu’organisations de défense des droits humains, Egalité Maintenant et WAR ne supportent pas la peine de mort.

«Nous sommes satisfaits que le tribunal ait prononcé la peine maximale dans ce cas. Cependant, beaucoup de travail reste à faire pour garantir que le système juridique réponde aux besoins de victimes n’ayant pas accès à une aide juridique ou au soutien d'organisations », explique Hina Hafeezullah Ishaq, l'avocate de Nasreen Welfare Trust qui a représenté Mariam. «Dans cette affaire, nous avons identifié et surmonté tous les obstacles juridiques et procéduraux auxquels une victime doit faire face pour obtenir justice. Nous avons été extrêmement chanceux d'avoir des juges compréhensifs ayant permis des mesures spéciales et étant sensibles à la nature du problème. Bien qu'il n'existe aucune disposition explicite sur le viol incestueux dans le code pénal pakistanais, nous avons réussi à obtenir la peine maximale. Ce cas prouve qu'il y a de l'espoir pour l’avenir si les affaires sont traitées avec diligence et professionnalisme. "

Egalité Maintenant est une organisation internationale de défense
des droits humains qui œuvre à protéger et à promouvoir les droits des femmes et des filles dans le monde. Le réseau Action Femmes d’Egalité Maintenant comprend 35 000 groupes et membres individuels dans plus de 160 pays.

Juillet 25, 2011 - 17:00