droits en matière de reproduction

Rwanda: garantir un accès à des avortements légaux et sans danger

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2012 Mai 30
Date de mise à jour: 
2012 Juil 11

voir pdf

Comment agir: 

Appelez le président Kagame à respecter les obligations juridiques internationales du Rwanda en:

  • upprimant les conditions préalables obligeant les femmes à obtenir une ordonnance du tribunal et l'approbation de deux médecins avant de pouvoir accéder à un avortement sans risque.
  • modifiant le projet de loi avant qu’il n’entre en vigueur pour permettre à d’autres prestataires de soins de santé qualifiés de pratiquer des avortements.
  • veillant à ce que femmes soient en mesure d'accéder à des avortements sans danger.

>> AGISSEZ !

Les courriers doivent être adressés au président Paul Kagame:

A l'attention d’Ines Mpambara
Directrice de Cabinet à la Présidence
Email: inesmp@presidenccy.gov.rw

Lettres: 

Monsieur le président Kagame,

Je me réjouis de l’adoption d’une loi qui permet aux femmes d'interrompre une grossesse en cas d'inceste, de viol, de mariage forcé, ou si la grossesse constitue un risque pour la santé. Je vous écris pour exprimer mon soutien aux rwandais et aux rwandaises qui militent pour que les femmes soient en mesure d'accéder à des avortements sans danger.

Cependant, de contraignantes conditions préalables, en particulier celle exigeant d’une femme qu’elle obtienne une ordonnance du tribunal et l'approbation de deux médecins avant de pouvoir terminer une grossesse et celle permettant uniquement aux médecins de pratiquer des avortements, font que, pour de nombreuses femmes, il sera presque impossible d’accéder à un avortement sans risque. Je crois comprendre que la plupart des femmes n'ont pas accès aux tribunaux ou aux médecins et que, par conséquent, elles ne seront pas en mesure de bénéficier de cette loi. Ainsi, je demande respectueusement à ce que vous fassiez tout votre possible pour supprimer ces conditions préalables avant que le projet de loi n’entre en vigueur. En outre, veuillez veiller à ce que d’autres prestataires de soins de santé qualifiés puissent être en mesure de pratiquer des avortements.

Ces modifications permettraient aux femmes d’avoir accès à des avortements sans danger et de réduire ainsi les complications de santé et le risque de mortalité maternelle. Elles seraient également en ligne avec les obligations du Rwanda en vertu du Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, ainsi que d'autres instruments. Veuillez faire tout votre possible pour faire en sorte que les femmes soient en mesure d'accéder à des avortements sans risque.

Je vous remercie de votre attention.

Cordialement,

Egalité Maintenant & SOAWR publient un guide concernant l’innovant Protocole relatif aux droits des femmes en Afrique

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
14 juillet 2011
Contact: NAIROBI: Mary Ciugu, (254) 20 271-9832 / 913, equalitynownairobi@equalitynow.org

Egalité Maintenant et le Mouvement de Solidarité pour les droits des femmes africaines (Solidarity for African Women's Rights - SOAWR) publient un nouveau guide pratique sur l'emploi de l’innovant Protocole relatif aux droits des femmes en Afrique

Pologne: L'Ordre des Médecins interdit à ses membres de pratiquer des avortements légaux

Numéro de l'action: 
1.2
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
1992 Juin 1

"C'est l'enfer pour les femmes!" tels sont les termes employés par le Club des femmes au Parlement pour décrire la situation en Pologne depuis le 3 mai 1992, date de la mise en vigueur du nouveau Code d'Ethique du Médecin. Ce nouveau code interdit aux médecins polonais de pratiquer des avortements, bien que l'avortement soit légal en Pologne. Si un médecin agit contre ce Code d'Ethique, il ou elle peut se voir retirer le droit d'exercer son métier par le Conseil de l'Ordre des Médecins Polonais.

Comment agir: 

Alertez les média, faites-leur part de la situation de crise en Pologne et continuez à exhorter le Conseil de L'Ordre des Médecins à supprimer le nouveau Code d'Ethique. Vous pouvez également contacter le Tribunal Constitutionnel afin qu'il entreprenne une action immédiate pour interdire ce Code d'Ethique du Médecin en prenant la position qu'il n'est pas en accord avec la loi polonaise. Vous pouvez adresser vos lettres, télécopies, télégrammes ou appels téléphoniques à:

Dr. Tadeusz Chrusciel, President
Conseil de L'Ordre des Médecins
Naczelna Izba Lekarska
ul. Grojecka 65a
02-094 Warsaw, Poland
Tel: 48-22-22-15-73, 48-22-22-21-54
Fax: 48-26-58-17-01

Mieczyslaw Tyczka, President
Tribunal Constitutionnel
ul. Wiejska 4/6
Warsaw, Poland
Tel: 48-22-21-65-03
Fax: 48-22-29-49-22

La Victoire au Népal: La Dépénalisation de l'Avortement

Numéro de l'action: 
10.3
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2002 Nov 1

Une nouvelle loi qui soulève l'interdiction absolue de l'avortement au Népal a été enfin votée par la Chambre basse du Parlement du Népal; elle est entrée en vigueur le 26 septembre 2002, après que l'on eut donné au projet de loi du Code du Pays (le 11ème amendement) l'assentiment royal. Cette nouvelle législation représente une victoire résultant de bien des années de campagne de la part d'activistes pour les droits de la femme au Népal, avec un soutien international.

Comment agir: 

Veuillez écrire aux officiels ci-dessous pour les féliciter de l'adoption de l'Acte du Code du Pays (le 11ème amendement), et pour leur demander de mettre leurs bons offices au service de la mise en liberté de toutes les femmes tenues en prison pour s'être faites avorter. Demandez-leur aussi de prendre des mesures pour donner à la population du pays meilleur accès aux soins médicaux, y compris à l'éducation sur la santé reproductrice. Les lettres devraient s'adresser comme suit:

Sa Majesté le Roi Gyanendra Bir Bikram Shah Dev
Secrétariat du Palais-Royal
Palais-Royal Narayanhity
Katmandou, Népal
Tél.: +977-1-227576, 227577
Fax: +977-1-228295

Le Très Honorable Lokendra Bahadur Chand
Premier Ministre
Bureau du Premier Ministre
Singha Durbar
Katmandou, Népal
Tél.: +977-1-228555, 227955
Fax: +977-1-227286

Népal: La Mortalité maternelle et la criminalisation de l'avortement - La Mort de Bimla

Numéro de l'action: 
10.2
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
1998 Mai 1

Bimla

Comment agir: 

Veuillez écrire au président de la Commission des droits humains et aux autres hauts fonctionnaires mentionnés ci-dessous. Témoignez votre inquiétude à l'égard de la législation anti-avortement au Népal, qui a entraîné un taux de mortalité maternelle tellement élevé, et signalez que de nombreuses morts auraient pu être prévenues, si l'avortement légal et sans risque médical avait été accessible. Citez la quatrième Conférence mondiale sur la femme des Nations unies qui s'est tenue en 1995 à Beijing, qui a recommandé vivement aux gouvernements dans son Programme d'action, "de traiter les conséquences médicales de l'avortement ayant lieu dans des conditions hasardeuses, en tant qu'un problème majeur pour la santé publique," et de prendre en considération la révision des lois qui prévoient des sanctions contre des femmes qui ont subi des avortements illégaux." Citez aussi la conclusion du rapport récent de l'OMS, à savoir que les lois anti-avortement tuent des femmes - elles n'empêchent pas nécessairement les avortements. Témoignez votre approbation des efforts pour amender la loi sur l'avortement, mais notez votre inquiétude à l'égard de la stipulation exigeant la consentement du mari, et de l'exclusion des femmes non mariées. Recommandez vivement que le projet de loi soit révisé de manière à redresser ces questions, et qu'il soit adopté aussi vite que possible, afin de sauver des vies. Veuillez envoyer des lettres aux suivants:

 

Chairman, Human Rights Committee
Parliament
Singh Darbar
Katmandou, Népal

Secretary
Ministry of Law
Babar Mahal
Katmandou, Népal

 

Secretary
Parliament
Singh Darbar
Katmandou, Népal

Secretary
Ministry of Women and Social Welfare
Social Welfare Building, Lainchaur
Katmandou, Népal

Népal: Emprisonnement par suite d'avortement- Le cas de Lok Maya Adhikari

Numéro de l'action: 
10.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
1996 Juin 1

Lok Maya Adhikari

Comment agir: 

Veuillez écrire au Président de la Commission des Affaires Etrangères et des Droits de l'Homme et aux autres officiels du gouvernement indiqués ci-dessous. Exprimez les préoccupations créées par les lois anti-avortement au Népal ont conduit à un tel taux de mortalité maternelle et que de nombreuses morts auraient pu être évitées si l'avortement sans danger et légal avait été disponible. Citez la Quatrième Conférence Mondiale sur les Femmes des Nations Unies, tenue l'année dernière à Pékin, qui recommandait vivement aux gouvernements dans son Programme d'Action « de traiter les conséquences des avortements pratiqués dans de mauvaises conditions de sécurité en tant que problème majeur de santé publiques » et d'envisager «de réviser les lois qui prévoient des sanctions contre les femmes en cas d'avortement illégal.» Citez le cas de Lok Maya Adhikari et questionnez s'il est sage et s'il est juste de traiter une personne dans de telles circonstances, une femme veuve mère de cinq, comme un délinquant criminel en vertu de la loi, sujette à la prison. Accueillez favorablement la récente initiative d'amender la loi sur l'avortement et fournir un accès aux femmes à l'avortement sans danger et légal, mais exprimez vos préoccupations concernant les dispositions exigeant le consentement du mari ou des parents. Préconisez que de telles dispositions soient supprimées de l'amendement de l'avant-projet, et que l'amendement soit transformé en une loi aussitôt que possible, dans le but de sauver des vies. Les lettres devraient être adressées à:

 

Hon. Jaya Prakash Anand
Chairman
Foreign and Human Rights Committee of the Parliament
Singh Darbar, Kathmandu, Nepal

 

Mr. Suresh Man Shresth
Secretary
Ministry of Law
Babar Mahal
Kathmandu, Nepal

 

 

Mr. Surya Kiran Gurung
Secretary
Parliament
Singh Darbar
Kathmandu, Nepal
 

Ms. Prabha Basnet
Secretary
Ministry of Women and Social Welfare
Social Welfare Building, Lainchaur
Kathmandu, Nepal
 

Pologne: L'Ordre des Médecins interdit à ses membres de pratiquer des avortements légaux

Numéro de l'action: 
1.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
1992 Mai 1

Un nouveau Code d'Ethique du Médecin, adopté en décembre 1991 par l'Ordre Polonais des Médecins interdit ces derniers de pratiquer des avortements, acte pourtant légal in Pologne depuis 1956. Un projet de loi pour interdire l'avortement a été débattu au sein même de l'assemblée nationale polognaise, le Sejm, lors de sa dernière séance et rejeté. Ce projet de loi a été re-déposé au Sejm et est en cours de discussion.

Comment agir: 

Vous pouvez aider les femmes polonaises à sauvegarder leur droit à l'avortement, soit en alertant les mèdia, soit en contactant directement L'Ordre Polonais des Médecins pour lui faire part de leur refus d'accepter les sanctions imposées à tout médecin exerçant son métier de soigner tel que la loi polonaise le stipule.

Adressez vos lettres, télégrammes ou appels téléphoniques à:

Dr. Tadeusz Chrusciel, Président
Ordre Polonais des Médecins
Naczelna Izba Lekarska
ul. Grojecka 65a
02-094 Warsaw, Poland
Tel: 48-22-22-15-73
       48-22-22-21-54
Fax: 48-26-58-17-01

Syndiquer le contenu