Pakistan

Pakistan: empêcher les attaques contre les employés des ONG et les défenseurs des droits humains

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2013 Jan 14
Date de mise à jour: 
2013 Fév 6
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR - 6 FEVRIER 2013: dans le district de Swabi, les autorités de la province Khyber Pakhtunkhwa (KP) se sont engagées à verser une compensation financière (300 000 roupies pakistanaises) et à offrir un poste de fonctionnaire à chacune des sept familles des victimes. Même si cela ne répond pas à nos exigences, cela leur sera d’un grand bénéfice puisque les emplois des victimes constituaient souvent la principale source de revenus des familles. En outre, le simple fait que le gouvernement réponde aux préoccupations des organisations de la société civile, ce qui est assez rare, est encourageant. En réponse au gouvernement, les associations locales appellent à une augmentation des compensations  pour tous les défenseurs des droits humains assassinés et les familles des employés d’ONG (2 000 000 roupies pakistanaises), et réitèrent leur appel pour que toutes ces affaires fassent l'objet d'enquêtes et que les coupables soient traduits en justice. Egalité Maintenant a également envoyé notre Alerte Urgente à Genève à la Rapporteuse spéciale de l'ONU sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme.

Veuillez continuer à faire pression sur le gouvernement pakistanais pour qu’il protège les défenseurs des droits humains, garantisse la justice pour les activistes ciblés, prévienne de futures violences, et mette fin à la culture de l'impunité en ce qui concerne les crimes envers les femmes.


voir pdf

Egalité Maintenant et nos partenaires pakistanais sommes profondément préoccupés par la poursuite des attaques et des menaces envers les activistes et les employés des ONG au Pakistan. Les femmes, ainsi que ceux qui travaillent à promouvoir les droits des femmes et des filles, ont été particulièrement ciblées par certaines de ces attaques.

Comment agir: 

Veuillez rejoindre Egalité Maintenant et nos partenaires en demandant au gouvernement pakistanais de répondre à l'appel des groupes issus de la société civile qui exhortent à protéger les défenseurs des droits humains, à garantir la justice pour les activistes ciblé(e)s, et à prévenir de futures violences, notamment en garantissant et en favorisant le droit des femmes à l'égalité.

>> AGISSEZ !

Aidez-nous à faire passer le message de cette campagne en faisant suivre cette alerte à vos amis.

Les courriers doivent être adressés à:

M. Raja Pervez Ashraf
Premier ministre de la République Islamique du Pakistan
The Prime Minister’s Secretariat
Islamabad, Pakistan
Tél: +92 51 920 6111
Fax: +92 51 922 1596
Email: secretary@cabinet.gov.pk

M. Amir Haider Hoti
Ministre en chef de la province Khyber Pakhtunkhwa
Chief Minister House
Fort Road
Peshawar Cantt
Pakistan
Tél: +92 91 9213574, +92 91 9211719
Fax: +92 91 9210718, +92 91 9210743
Email: javedkhaki@gmail.com

Maître Syed Masood Kausar
Gouverneur de la province Khyber
Governor House Abdul Qayum Road
Peshawar
Pakistan
Fax: +92 91 9210751

Lettres: 

Monsieur le Premier ministre / ministre en chef / gouverneur:

Je suis profondément préoccupé(e) par les récentes attaques et les menaces qui pèsent sur les défenseurs des droits humains et les employés des ONG dans la province Khyber Pakhtunkhwa (KP) et la région FATA, notamment par l'attaque dont a été victime Malala Yousafzai en octobre dernier et par les nombreuses fusillades qui en décembre 2012 et janvier 2013ont coûté la vie à des professionnels de la santé, de l'éducation et à d’autres employés pakistanais et étrangers des ONG.

Selon les ONG locales, les menaces sur la vie des défenseurs des droits humains, ainsi que sur les employés des ONG en général, sont fréquentes dans la province KP et dans la zone  FATA. Je suis inquiet(e) de l'absence de mesures efficaces visant à protéger les activistes des droits humains dans la région. Puisque de nombreuses ONG locales et étrangères travaillent particulièrement pour améliorer la situation des femmes et des filles, les continuelles menaces et attaques envers celles-ci ralentissent les progrès relatifs à la protection et à la promotion des droits des femmes et des filles au Pakistan.

La Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l'Homme stipule que  les Etats ont pour obligation de garantir et de protéger les droits des défenseurs des droits humains. Le Pakistan a également le devoir de protéger tous les droits humains tels qu’énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme (DUDH), dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et dans la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), des instruments qui, parmi d’autres, engagent le Pakistan. Margaret Sekaggya, la Rapporteuse spéciale de l'ONU sur la situation des défenseurs des droits humains, et Rashida Manjoo, la Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, ont toutes deux pris note des violations commises contre les défenseurs des droits humains travaillant sur les droits des femmes au Pakistan et souligné qu’il était de la responsabilité du gouvernement de rapidement mener une enquête et de faire en sorte que les auteurs rendent des comptes. Par ailleurs, dans le rapport de juin 2008 du Groupe de travail sur l'Examen périodique universel relatif au Pakistan, le Pakistan a été appelé à «lutter contre l’impunité de ceux qui s’en prennent aux défenseurs des droits de l’Homme en enquêtant efficacement sur les allégations et en poursuivant les responsables. »

Je soutiens les organisations de la société civile travaillant dans la province KP et dans la zone FATA, dont les coalitions Pakhtunkhwa Civil Society Network (PCSN) et Tribal NGOs Consortium (TNC), ainsi que End Violence against Women and Girls (EVAW/G) Alliance KP & FATA, et me joins à eux en vous exhortant à:

  • modifier le Code pénal pakistanais et le Code de procédure pénale afin de faire en sorte que le fait d’intimider, de harceler, de menacer, d’attaquer ou de blesser une personne en raison de son travail pour une ONG ou en faveur des droits humains constitue une infraction pénale spécifique
  • prendre immédiatement des mesures pour mettre fin à la culture de l'impunité en ce qui concerne les crimes contre les femmes, notamment en:
    • abrogeant ou en amendant les lois, les politiques, et les pratiques, à la fois officielles et officieuses, qui sapent les droits des femmes, y compris leur droit à l'égalité
    • traduisant en justice les auteurs de violence et de discriminations envers les femmes ainsi que leurs complices
    • prenant des mesures législatives, éducatives, et autres mesures  adaptées, pour s'attaquer à la culture du silence et de stigmatisation des victimes. Cette culture accroît la vulnérabilité des femmes à la violence et se traduit par une violation de leurs droits, notamment du droit de jouir d'une citoyenneté complète et égale.

Je vous remercie de votre attention.

Cordialement,

Pakistan: protéger les défenseurs des droits humains et obtenir justice pour les activistes assassinés

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2012 Août 2

voir pdf

Comment agir: 

>> AGISSEZ !

Veuillez rejoindre Egalité Maintenant et End Violence against Women and Girls (EVAW/G) Alliance KP & FATA en appelant le gouvernement pakistanais à:

  • veiller à ce que les meurtres de Farida Afridi et de Zarteef Khan Afridi fassent immédiatement l’objet d’enquêtes approfondies et à veiller à ce que tous les auteurs soient poursuivis pour leurs crimes et reçoivent la peine maximale prévue par la loi
  • assurer la sécurité des défenseurs des droits humains, en particulier des femmes, et à criminaliser l’intimidation, le harcèlement, les menaces ou les attaques contre les personnes
  • criminaliser les déclarations publiques ou les décrets incitant à la violence contre les défenseurs des droits humains

Aidez-nous à faire passer le message de cette campagne en faisant suivre cette alerte à vos amis.

Veuillez adresser vos courriers à:

Mr. Syed Yousuf Raza Gillani
Premier ministre de la République islamique du Pakistan
The Prime Minister’s Secretariat
Islamabad, Pakistan
Tel: +92 51 920 6111
Fax: +92 51 922 1596
Email: secretary@cabinet.gov.pk

Mr. Amir Haider Hoti
Ministre en chef,  Khyber Pakhtunkhwa
Chief Minister House
Fort Road
Peshawar Cantt
Pakistan
Tel: +92 91 9213574, +92 91 9211719
Fax: +92 91 9210718, +92 91 9210743
Email: pskhyberpakhtoonkhwa@yahoo.com

Maître Syed Masood Kausar
Gouverneur de Khyber Pakhtunkhwa
Governor House Abdul Qayum Road
Peshawar
Pakistan
Fax: +92 91 9210087

Mr. Mutahir Zeb
Agent administratif,  Khyber Agency
Office of the Political Agent Khyber Agency Bara Road
Peshawar Cantt
Pakistan
Fax: +92 91 9211900

Lettres: 

Cher Premier ministre / Ministre en chef / Gouverneur:

Je suis profondément préoccupé(e) par les récentes menaces et attaques contre les défenseurs des droits humains dans la province Khyber Pakhtunkhwa (KP) et les zones FATA.

Je suis particulièrement troublé(e) par l’assassinat de Farida Afridi, directrice exécutive de Sawera, une organisation de défense des droits des femmes opérant en zone FATA, qui, après avoir été confrontée à des menaces à cause de son travail de défense des femmes, a été abattue devant son domicile le 4 juillet dernier. En outre, en décembre 2011, Zarteef Khan Afridi, un responsable de la Commission pakistanaise des droits de l’Homme, aurait été assassiné de la même manière par des éléments extrémistes de la région FATA. Un suspect a été arrêté dans l’affaire Farida mais les auteurs du meurtre de Zarteef Khan Afridi sont toujours en fuite.

Selon les ONG travaillant dans la région, les menaces contre la vie des défenseurs des droits humains sont monnaie courante dans la province KP et les zones FATA. Selon des témoignages, lors d’un sermon le 4 mai 2012, Maulvi Abdul Haleem, un leader religieux politiquement influent du district de Kohistan, a mis en garde les femmes travaillant dans les ONG qui voudraient entrer au Kohistan et a menacé de les marier de force à des habitants de la région. De telles déclarations ont conduit à un sentiment de crainte parmi le personnel des ONG et en particulier parmi les femmes. Je suis inquiet(e) du fait que autorités provinciales n'ont pris aucune mesure pour protéger les défenseurs des droits humains de la région et du fait que le personnel dont la vie et la sécurité sont menacées quitte les organisations de droits humains travaillant au KP et dans les zones FATA.

La Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l'Homme stipule que les Etats ont l’obligation de garantir et de protéger les droits des défenseurs des droits humains. Le Pakistan a également le devoir de protéger tous les droits humains énoncés dans l’article 2 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme (DUDH), dans l’article 2 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et dans l’article 3 de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme, Margaret Sekaggya, et la Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, Rashida Manjoo, ont toutes deux pris note des violations contre les défenseurs des droits humains travaillant sur les droits des femmes au Pakistan et souligné qu’il était de la responsabilité de l’Etat de mener une enquête et de rapidement faire en sorte que les auteurs rendent des comptes. Par ailleurs, dans le rapport de juin 2008 du Groupe de travail sur l'Examen périodique universel relatif au Pakistan, le Pakistan a été appelé à «lutter contre l’impunité de ceux qui s’en prennent aux défenseurs des droits de l’Homme en enquêtant efficacement sur les allégations et en poursuivant les responsables.»

Je soutiens la Charte de revendications rédigée par End Violence against Women and Girls (EVAW/G) Alliance KP & FATA et me joins à eux en vous exhortant à:

  • veiller à ce que les meurtres de Farida Afridi et de Zarteef Khan Afridi fassent immédiatement l’objet d’enquêtes approfondies et à veiller à ce que tous les auteurs soient poursuivis pour leurs crimes et reçoivent la peine maximale prévue par la loi
  • assurer la sécurité des défenseurs des droits humains, en particulier des femmes, et à criminaliser l’intimidation, le harcèlement, les menaces ou les attaques contre les personnes
  • criminaliser les déclarations publiques ou les décrets incitant à la violence contre les défenseurs des droits humains

Je vous remercie de votre attention.

Cordialement,

Egalité Maintenant appelle le gouvernement du Pakistan à protéger Uzma Ayub, victime de viols collectifs âgée de 16 ans, et à garantir que justice soit faite

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2011 Déc 15
Date de mise à jour: 
2013 Fév 11
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR - FEVRIER 2013: le 31 janvier dernier, après le renvoi de l'affaire par la Haute Cour, le tribunal a acquitté les accusés, y compris plusieurs agents de police, qui étaient poursuivis pour  viols collectifs. Etant donné la détermination de la Haute Cour à démontrer qu'il n'y avait aucune preuve concluante contre les accusés, ce n'est pas une surprise. A la suite de cette décision, nous sommes inquiets pour la sécurité d’Uzma et de sa famille : elles ne bénéficient plus de la protection de l'Etat et ont déjà été ciblées pour avoir porté l'affaire en justice. Avec nos partenaires, nous évaluons les stratégies à adopter pour pouvoir la protéger.


MISE A JOUR - 22 JUIN 2012: Le 19 juin dernier, la Haute Cour de Peshawar (Pakistan) a abandonné son enquête dans cette affaire.  Le tribunal a jugé que les résultats des tests ADN prélevés sur le bébé d’Uzma ne correspondaient à aucun des hommes impliqués dans les viols. En outre, le tribunal a ordonné qu’Uzma se soumette à plusieurs détecteurs de mensonges et a jugé les résultats peu concluants. Le 4 juin dernier, Egalité Maintenant avait écrit au tribunal pour exprimer sa vive inquiétude à ce sujet : soumettre une victime de viol à des détecteurs de mensonge est psychologiquement néfaste et, étant donné le caractère non concluant de ces tests, très préjudiciable.

Les deux affaires, celle des viols subis par Uzma et celle du meurtre de son frère, sont toujours en instance devant une juridiction inférieure. Egalité Maintenant, avec nos partenaires, est en train de décider de la stratégie à adopter lors des prochaines étapes.


MISE A JOUR - 29 FEVRIER 2012: Les pressions exercées par les organisations de défense des droits humains et les médias ont incité le gouvernement pakistanais à prendre des mesures dans l’affaire Uzma Ayub. Suite aux demandes de la Haute Cour de Peshawar pour une enquête approfondie et de strictes mesures contre tous les auteurs et les officiers de police qui ne sont pas intervenus lors des affaires de viol et d’homicide en décembre dernier, 14 personnes ont été arrêtées en rapport aux viols et 29 policiers ont été suspendus. Le meurtrier présumé du frère d’Uzma est toujours en fuite, mais 15 de ses complices présumés ont été arrêtés. Par mesure de sécurité, Uzma et sa mère ont été relogées à Peshawar par le gouvernement pakistanais. Uzma a donné naissance à une petite fille le 19 janvier et des échantillons d'ADN prélevés sur le bébé et les violeurs présumés sont actuellement analysés dans le but d'identifier le père de l'enfant. La prochaine audience consacrée à l'affaire de viol aura lieu une fois que les résultats du test de paternité seront connus. Veuillez vous joindre à nous et continuer à appeler le gouvernement pakistanais à faire en sorte que le cas d’Uzma soit proprement et complètement examiné et que tous les auteurs impliqués, y compris ceux qui ont entravé la justice, soient poursuivis dans toute la mesure de la loi. De même, continuez à exhorter les autorités à veiller à ce que tous les responsables de l'assassinat d'Alamzeb, le frère d’Uzma, soient rapidement traduits en justice et poursuivis. AGISSEZ !


Alamzeb Khattak
Uzma et sa fille

Egalité Maintenant est très inquiet sur  le sort d’Uzma Ayub, adolescente de 16 ans qui vient de Karak dans la province Khyber Pakhtunkhwa du Pakistan.

Comment agir: 

Veuillez écrire d'urgence aux ministres ci-dessous et appelez-les à garantir la sécurité immédiate d’Uzma et de sa famille. Demandez-leur de veiller à ce que son cas soit proprement et complètement examiné et  que tous les auteurs impliqués, y compris ceux qui ont entravé la justice, soient poursuivis dans toute la mesure de la loi, conformément aux obligations internationales et à la constitution du Pakistan. De même, appelez-les à veiller à ce que tous les responsables de l'assassinat d'Alamzeb, le frère Uzma, soient rapidement traduits en justice et poursuivis. Demandez que les organisations locales menacées soient protégées et que les menaces à leur encontre fassent l’objet d’une enquête et de poursuites appropriées. Demandez des garanties que les autorités envoient un fort message : de tels crimes, en particulier de la part de ceux qui devraient faire respecter la loi, ne seront pas tolérés.

>> AGISSEZ !

Mr. Amir Haider Hoti
Chief Minister Khyber Pakhtunkhwa
Chief Minister House
Fort Road,
Peshawar Cantt
Pakistan
Tel: +92-91-9213574, +92-91- 9211719
Fax: +92-91-9210718, +92-91-9210743

Barrister Arshad Abdullah
Minister for Law & Parliamentary Affairs
Government of Khyber Pakhtoonkhwa
Minister Block Opposite to MPA Hostel
Peshawar, Khyber Pakhtoonkhwa
Tel: +92-91-9210353
Fax: +92-91-9211130
 
Mr. Syed Yousuf Raza Gillani
Prime Minister of the Islamic Republic of Pakistan
The Prime Minister’s Secretariat
Islamabad, Pakistan
Tel: +92 51 920 6111
Fax: +92 51 922 1596
E-mail: secretary@cabinet.gov.pk

Mr. Moula Bakhsh Chandio
Minister for Law, Justice
and Parliamentary Affairs
Ministry of Law, Justice
and Parliamentary Affairs
Islamabad, Pakistan
E-Mail: minister@molaw.gov.pk

Lettres: 

Cher / Chère _____ :

Je vous écris pour exprimer ma profonde inquiétude concernant le cas d’Uzma Ayub, venant de Karak, dans le district Khyber Pakhtunkha (KP), victime de viols collectifs quand elle était âgée de 16 ans.

Je suis très préoccupé(e) d'apprendre les horribles circonstances entourant  l’affaire Uzma, le fait qu'elle ait été détenue pendant prés d'une année et violée à de nombreuses reprises par plusieurs personnes, y compris par des policiers. Je suis consterné(e) d'apprendre qu’Uzma et sa famille, ayant déjà subi une telle tragédie, ont été à nouveau traumatisées par l'assassinat d’Alamzeb Marwat, le frère d'Uzma, à la sortie du tribunal du district de Karak par des hommes qui seraient proches de certains des policiers incriminés.

En dépit d'intenses pressions et menaces de mort, Uzma et sa famille se battent pour obtenir justice. Cette affaire a mis en évidence le degré alarmant de corruption policière dans la région et je vous exhorte à vous occuper de ce problème de toute urgence. Je vous exhorte aussi respectueusement à veiller à ce que le cas d’Uzma soit proprement et complètement examiné et  que tous les auteurs impliqués, y compris ceux qui ont entravé la justice, soient poursuivis dans toute la mesure de la loi, conformément à la constitution du Pakistan, qui stipule que « les citoyens sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection de la loi » et qu’« il ne doit y avoir aucune discrimination sur la seule base du sexe »,  et à ses obligations internationales. Je vous demande aussi de veiller à ce que tous les responsables de l'assassinat d’Alamzeb, le frère d'Uzma, soient rapidement traduits en justice et poursuivis.

Je crois également comprendre que les ONG locales qui ont soutenu Uzma dans son combat pour la justice ont été menacées. Je vous exhorte à veiller à ce que ces organisations locales soient protégées et que les menaces à leur encontre fassent l’objet d’une enquête et de poursuites appropriées.

En poursuivant les auteurs en justice, le gouvernement du KP enverra un fort  message que de tels crimes, en particulier de la part de ceux qui devraient faire respecter la loi, ne seront pas tolérés.

Merci de votre attention.

Veuillez agréer l'expression de mes salutations distinguées

Sidra Humayun

S’attaquer de Front à la Violence Sexuelle au Pakistan
Sidra Humayun

1. Pouvez-vous décrire les obstacles auxquels sont généralement confrontées les femmes victimes de violence sexuelle dans leur quête pour obtenir justice et soutien au Pakistan ?

Alerte Info: Pakistán: Egalite Maintenant appelle le gouvernement du Pakistan a proteger les droits des femmes et des filles dans la vallee de la Swat et les zones tribales sous administration federale

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Fév 17

Vous trouverez ci-après un article rédigé par Egalité Maintenant, publié dans le quotidien britannique The Independent. Il insiste sur le fait que la dégradation de la situation en matière d'ordre public dans la vallée de la Swat et dans les Zones tribales sous administration fédérale (Federally Administered Tribal Areas/FATA) au Pakistan conduit à des violences et à une discrimination accrues à l’encontre des femmes.

Comment agir: 

Nous vous invitons à contacter les responsables publics pour les exhorter à veiller à ce que les droits des femmes et des filles soient protégés et non sacrifiés sur l’autel de l’apaisement des tensions avec les groupes militants dans la vallée de la Swat et dans les FATA.

Président Asif Ali Zardari
President of Pakistan
President's Secretariat
Islamabad, Pakistán

Mr Farooq Naik
Minister of Law, Justice and Human Rights
S Block Pakistan Secretariat
Islamabad, Pakistán

Mr Ameer Hussain Hoti
Chief Minister of North West Frontier Province
Correo electrónico: info@nwfp.gov.pk
Téléphone l: +92- 92-9211705

Nous vous demandons également d’adresser des copies de vos messages au président du parlement :

Dr Fehmida Mirza
Speaker, National Assembly of Pakistán
Parliament House
Islamabad, Pakistan
Correo electrónico: speaker@na.gov.pk

 

Lettres: 

[ajouter l’adresse du destinataire]

Cher [nom],

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet des violences et de la discrimination auxquelles sont confrontées les femmes et les filles dans les Zones tribales sous administration fédérale (Federally Administered Tribal Areas, FATA) et dans la vallée de la Swat, au Pakistan, et notamment quant aux récentes informations selon lesquelles le gouvernement pakistanais serait prêt à approuver l'application de la charia dans ces régions, dans le contexte d'un accord de paix.

Un système de justice parallèle non codifié serait seulement gage de confusion pour les personnes désireuses de faire valoir leurs droits. Il risquerait également de leur dénier les protections prévues par la constitution et le droit national pakistanais. Compte tenu des antécédents des militants à ce jour, les éléments dont nous disposons laissent à penser que des droits protégés par la constitution du Pakistan, et notamment ceux des femmes et des filles, disparaîtraient dans un système administré par les militants, ou à tout le moins, en pâtiraient. Ceci constituerait, entre autres, une violation des garanties constitutionnelles d’égalité.

J'exhorte donc respectueusement le gouvernement à rejeter d’urgence l'approbation de tout système juridique alternatif ne garantissant pas l’égalité pour tous. Nous vous adjurons également de prendre des mesures actives de promotion et de protection des droits des femmes et des filles, notamment en combattant effectivement l’interdiction faite aux filles, par les militants, de poursuivre leurs études, et en faisant en sorte que les filles disposent d’un accès sûr à l’éducation.

Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien accorder à ce problème.

Veuillez agréer, Monsieur le [titre], l’expression de mes salutations très respectueuses.
 

Alerte Info : Pakistan : Au nord-ouest du Pakistan, la pression des fondamentalistes a conduit a un degré alarmant de violence et de discrimination a l’egard des filles et des femmes

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Jan 1

Egalite Maintenant appelle le gouvernement pakistanais a proteger les filles et assurer leurs droits a l’education

Comment agir: 

Egalité Maintenant demande instamment au gouvernement pakistanais de prendre des mesures immédiates et coordonnées entre les forces de police, l’appareil judiciaire, les instances législatives (nationales et provinciales), le ministère de l’Education et les autres ministères de tutelle, pour veiller à ce que les femmes et les filles résidant dans les FATA et dans le district de Swat puissent faire pleinement valoir leurs droits sans craindre la violence ni l’intimidation, et notamment que toutes les filles puissent aller à l’école en toute sécurité. En outre, le gouvernement doit refuser d’autoriser un système judiciaire parallèle ne garantissant pas à tous les citoyens les droits qui leur sont conférés par la Constitution pakistanaise et les instruments internationaux de défense des droits humains auxquels le Pakistan est partie. Nous vous invitons à écrire aux personnalités figurant dans la liste ci-dessous pour leur demander de se préoccuper de toute urgence d’éliminer la menace qui pèse sur l’éducation des filles du Swat et de porter un coup d’arrêt à toute tentative de réduire ou dénier les droits des femmes au Pakistan.

Président Asif Ali Zardari
Président du Pakistan
President's Secretariat
Islamabad, Pakistan

Dr. Fehmida Mirza
Président de l’Assemblée nationale du Pakistan
Parliament House
Islamabad, Pakistan
Courriel : speaker@na.gov.pk

Meer Hazar Khan Bijarani
Ministre de l’Education
Ministry of Education
Islamabad, Pakistan
Tél : (0092-51) 920-1392, 921-2020
Courriel : minister@moe.gov.pk

 

Lettres: 

[ajouter l’adresse qui convient]

Monsieur le [Président/Ministre] [supprimer la mention inutile]

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde inquiétude au sujet des actes de violence et de discrimination dont sont victimes les femmes et les filles dans les zones tribales administrées au niveau fédéral (FATA) et dans le district du Swat au Pakistan, et en particulier des attaques perpétrées contre des écoles de filles par des militants ayant décrété l’interdiction de l’éducation des filles à compter du 15 février 2009. Je suis également très préoccupé[e] par les rumeurs selon lesquelles le gouvernement pakistanais envisagerait d’adopter la charia (loi islamique) dans ces régions à titre de compromis avec les militants.

Je demande instamment au gouvernement pakistanais de prendre des mesures immédiates et coordonnées entre les forces de police, l’appareil judiciaire, les instances législatives (nationales et provinciales), le ministère de l’Education et les autres ministères de tutelle, pour veiller à ce que les femmes et les filles résidant dans les FATA et dans le district de Swat puissent faire pleinement valoir leurs droits sans craindre la violence ni l’intimidation, et notamment que toutes les filles puissent aller à l’école en toute sécurité. J’appelle le gouvernement à garantir le respect des engagements pris par le Pakistan en matière d’égalité des sexes et d’éducation en vertu de sa Constitution ainsi que des instruments internationaux de défense des droits humains qu’il a ratifiés. En conséquence, je vous demande instamment aussi de refuser l’instauration d’un système judiciaire parallèle ne garantissant pas l’égalité de tous les citoyens.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, Monsieur le [Président/Ministre], à l’assurance de ma très haute considération.
 

Pakistan : En finir avec l'exploitation et les abus contre les filles employées comme domestiques

Numéro de l'action: 
35.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2010 Mai 24
Date de mise à jour: 
2013 Juin 25
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR - 25 JUIN 2013: Egalité Maintenant continue d'appeler le gouvernement pakistanais à adopter des lois contre la servitude domestique des enfants. En janvier 2013, Egalité Maintenant et nos partenaires au Pakistan ont présenté un rapport (en anglais) sur ce problème lors de la 54e session du Comité des Nations Unies sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes. Dans ses recommandations, le Comité a appelé le Pakistan à : « mettre en œuvre un plan national complet sur la traite pratiquée à l’intérieur du pays ; renforcer les mécanismes destinés à enquêter sur les auteurs de traite, les poursuivre et les sanctionner,  ainsi que les services d’appui aux victimes ; mener à l’échelle nationale des campagnes de sensibilisation aux risques et aux conséquences de la traite ciblant les femmes et les filles, et dispenser à tous les agents des forces de l’ordre concernés une formation systématique sur ses causes et ses conséquences. »


Funérailles de ShaziaLe 22 janvier 2010, Shazia Masih, une jeune pakistanaise de 12 ans employée comme domestique, a été amenée inconsciente à l’hôpital où elle est décédée peu après. Selon le premier rapport médical, le corps de Shazia était couvert de plaies, certaines causées par des "objets contondants" et d'autres par des "armes tranchantes".

Comment agir: 

Ecrivez au Premier Ministre de la République islamique du Pakistan, au Président de l'Assemblée Nationale, au Ministre fédéral du Travail et de la Main d'œuvre, au Ministre des Droits de l'homme, au Ministre des Lois et de la Justice. Demandez-leur l'interdiction du travail de domestique des enfants et la réglementation du nombre d'heures travaillées, des conditions et des niveaux de salaires dans ce secteur pour empêcher l'exploitation des travailleurs adultes. Exhortez-les à prendre les mesures administratives, sociales et éducatives nécessaires à la protection des droits de l'enfant et la fin de l'exploitation des enfants. De plus, demandez-leur de s'assurer que la législation sur la traite des êtres humains s'attache aussi à agir contre la traite à l’intérieur du Pakistan et à protéger les enfants victimes des trafics de domestiques. AGISSEZ!

Les lettres doivent être adressées à :

SE Syed Yousaf Raza Gillani
Prime Minister of the Islamic Republic of Pakistan
The Prime Minister’s Secretariat
Islamabad, Pakistan
Télécopie : +92 51 922 1596
Téléphone : +92 51 920 6111
E-mail : secretary@cabinet.gov.pk

Dr. Fehmida Mirza
Speaker, National Assembly of Pakistan
Parliament House
Islamabad, Pakistan
Télécopie : +92 51 922 1106
Téléphone : +92 51 922 1082/83
E-mail : speaker@na.gov.pk

Mr. Syed Khursheed Ahmed Shah
Federal Minister for Labour and Manpower
27, Minister’s Enclave
Islamabad, Pakistan
Télécopie : +92 51 920 3462
Téléphone : +92 51 921 3686
E-mail : minister@molm.gov.pk

Mr. Syed Mumtaz Alam Gillani
Federal Minister for Human Rights
3rd Floor, Old USAID Building
Ataturk Avenue, G-5/1
Islamabad, Pakistan
Télécopie : +92 51 924 4542
Téléphone : +92 51 924 4526
E-mail : minister@mohr.gov.pk

Dr. Zaheeruddin Babar Awan
Minister for Law, Justice and Parliamentary Affairs
Ministry of Law, Justice and Parliamentary Affairs
Islamabad, Pakistan
E-mail : minister@molaw.gov.pk

Lettre modèle

Pakistan: les ordonnances Hudood--déni de justice pour les victimes de viol : le cas du Dr Shazia

Numéro de l'action: 
26.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2005 Août 1
 

Il est extrêmement difficile pour moi de raconter ces instants abominables ; mais je le ferai pour ces milliers de mes sœurs qui sont prises dans le quotidien de cette société, de cette société sauvage. Je raconterai cette triste histoire pour me faire la porte-parole de toutes mes sœurs qui ont souffert comme moi.

Comment agir: 

Ecrivez aux responsables pakistanais énumérés ci-après. Demandez-leur de prendre des mesures immédiates pour pourvoir à l’abrogation ou à la modification des ordonnances Hudood afin d’éliminer toute discrimination à l’égard des femmes, et à faire en sorte que les femmes victimes de viol bénéficient d’une protection égale en vertu du droit en vigueur, conformément à la constitution du Pakistan et aux obligations du pays en vertu de la CEDAW. Exhortez-les à s’assurer que l’affaire du Dr Shazia fera l’objet d’une investigation immédiate et complète, et que les personnes responsables du viol du Dr Shazia, ainsi que celles qui l’ont menacée de mort ou d’autres sévices soient traduites en justice. Ecrivez aussi aux autorités canadiennes pour leur demander d’autoriser le Dr Shazia, Khalid et leur fils adoptif à vivre et à travailler au Canada où se trouvent leur parenté et où ils espèrent se réinstaller. Les lettres doivent être adressées à :

General Pervez Musharraf
President of the Islamic Republic of Pakistan
Aiwan-E-Sadr
Islamabad, PAKISTAN
Télécopie : +92-51-922-1422
Pour envoyer un email au président Musharraf, cliquez sur :
http://www.presidentofpakistan.gov.pk/WTPresidentMessage.aspx

Mr. Muhammad Wasi Zafar
Minister of Law, Justice & Human Rights
S-Block, Pak Secretariat
Islamabad, PAKISTAN
Télécopie : +92-51-920-2628
E-mail : minister@molaw.gov.pk

The Honorable Diane Finley, P.C., M.P.
Minister of Citizenship and Immigration
Jean-Edmonds South Tower, 21st Floor
365 Laurier Avenue West
Ottawa, Ontario K1A 1L1, CANADA
Télécopie +1-613-957-2688
E-mail : Minister@cic.gc.ca

Syndiquer le contenu