Japon

Japon : les jeux de simulation de viol et la banalisation de la violence sexuelle

Numéro de l'action: 
33.2
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2009 Sep 1
MISE A JOUR: 

Suite à la campagne d’Egalité Maintenant, le Japan Ethics Organisation of Computer Software (EOCS), dont 90% des membres sont des producteurs japonais de jeux vidéo pour adultes, a interdit la production et la vente de jeux tels que RapeLay et autres jeux qui simulent des violences sexuelles. Bien que ce règlement ne s'applique pas aux producteurs qui ne sont pas membre de l’EOCS, nos partenaires nous ont informés que les propriétaires de la majorité des magasins de vente de ces jeux ont déclaré qu'ils ne vendaient pas de jeux produits par ces derniers.

En outre, le Parti Komei, qui était à l'époque membre de la coalition gouvernementale, a tenu une réunion sur la question des jeux de simulation de viol et créé le Committee Working Towards a Child Safe World (Comité pour un monde plus sûr pour les enfants) et le Child Prostitution and Child Pornography Law Revision Committee (Comité de révision des lois sur la pornographie et la prostitution impliquant des enfants).

Nos partenaires ont déclaré que «si un groupe basé au Japon avait lancé cette campagne, une telle réponse de la part du gouvernement japonais et des médias aurait été peu probable. »


« Les femmes sont des créatures stupides qui ne savent rien faire d’autre que nous préparer à dîner. Cela prouve simplement leur stupidité ; il faut qu’elles comprennent que le mot « égalité » a été créé par les hommes pour les hommes et qu’il n’a pas jamais été conçu pour s’appliquer ou être accordé aux femmes.

Comment agir: 

Nous vous invitons à écrire aux responsables gouvernementaux du Japon dont les coordonnées suivent, pour les exhorter à honorer les obligations incombant au Japon en vertu de la CEDAW, et notamment à répondre à l’appel pressant récemment lancé par le Comité de la CEDAW à interdire les jeux et les dessins animés qui banalisent et encouragent les violences sexuelles à l’égard des femmes et des filles. Dans votre lettre au ministre de la Justice, demandez-lui également de s’informer sur l’enquête réclamée par Egalité Maintenant sur les vidéos de viols collectifs qu’elle a envoyées à la police de Tokyo, et demandez que ses services enquêtent sur cette affaire et sur d’autres vidéos de viols réels afin de vérifier que toutes les personnes impliquées sont poursuivies dans toute la mesure prévue par la loi. Continuez aussi d’écrire à Illusion Software pour demander de retirer immédiatement du marché tous les jeux mettant en scène des viols, des situations de harcèlement et toutes autres formes de violences sexuelles ou qui dénigrent les femmes d’une manière quelconque. Rappelez que l’éthique professionnelle commande aux entreprises de tenir compte des éventuels effets négatifs que leurs activités peuvent avoir sur la société et l’intérêt public. Adressez à Amazon Japon une lettre allant dans le même sens.

Mr. Tadashi Yoshimura
Managing Director
Illusion Software
1-10-1 Nishikanagawa Kanagawa-ku
Yokohama-city, Kanagawa 221-0822, Japan
Tél: (+81) (0)4-5322-1551
Email: illuon@illuon.jp, info@illuon.jp

Lettre modèle

Mr. Jasper Cheung
President of Amazon Japan K.K
2-15-1 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo 150-000-2, Japan
Email: via website

Lettre modèle

Prime Minister Yoshihiko Noda
2-3-1 Nagata-Cho, Chiyoda-ku,
Tokyo 100-0014, Japan
Tel: (+81)(0)3-3581-0101
Fax: (+81)(0)3-3581-3883
Email: via website

Lettre modèle

Ms. Keiko Chiba
Minster of Justice
1-1-1 Kasumigaseki,
Chiyoda-ku, Tokyo 100-8977, Japan
Tel: (+81)(0)3-3580-4111
Fax: (+81)(0)3-3592-7393
Email: webmaster@moj.go.jp

Lettre modèle

Action Femmes 33.1: Mai 2009

Japon : les jeux de simulation de viol et la banalisation de la violence sexuelle

Numéro de l'action: 
33.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Mai 1
MISE A JOUR: 

Equality Now responds to reactions to its Women's Action on rape simulator games.

Additionally, Equality Now is pleased to offer the update that Illusion Software appears to have removed RapeLay from its website. However we have no official confirmation from the company that the game has been permanently removed and it continues to sell other similar titles based on rape, stalking and the sexual molestation of women and girls. We continue to call on the company to remove permanently from its business and all retail outlets those games, including RapeLay, that promote violence against women and girls.

Une écolière d’une douzaine d’années voyage dans un train de banlieue. Un homme qui la suivait se met à la tripoter et l'agresse sexuellement. Le train finit par s’arrêter et elle court, terrorisée, se réfugier dans des toilettes publiques, suivie de son agresseur qui la menotte et la viole. L’agresseur la retient prisonnière et la viole de manière répétée en divers lieux. La mère et la sœur adolescente de la victime connaissent le même destin.

Comment agir: 

Écrivez à Illusion Software pour demander l'arrêt immédiat de la vente, en ligne ou autrement, de tous les jeux qu’ils soient vendus sur l’internet ou ailleurs, y compris RapeLay, impliquant le viol, le harcèlement ou les autres formes de violences sexuelles. Indiquez qu’il incombe aux entreprises de prendre en compte, à titre de bonnes pratiques commerciales, l’incidence négative que leurs activités sont susceptibles d'avoir, à la fois sur les sociétés humaines et l'intérêt public en général. Adressez une lettre similaire à Amazon Japon pour demander le retrait de tous les jeux qui simulent les violences sexuelles et les autres formes de violences à l’encontre des femmes et des filles. Écrivez également aux représentants des autorités japonaises ci-après, pour les appeler à se conformer aux obligations incombant au Japon, en vertu de la CEDAW et de la Constitution japonaise, d’éliminer la discrimination à l’égard des femmes, et notamment à interdire la vente de jeux informatiques tels que RapeLay, qui banalisent et encouragent les violences à l’encontre des femmes et des filles.

Mr. Tadashi Yoshimura
Managing Director
Illusion Software
1-10-1 Nishikanagawa Kanagawa-ku
Yokohama-city, Kanagawa 221-0822, Japon
Tél: (+81) (0)45 322-1551
Email : illusion@illusion.jp

Mr. Jasper Cheung
Président d'Amazon Japan K.K
2-15-1 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo 150-000-2, Japon
Email: via site Internet

Prime Ministre Taro Aso
2-3-1 Nagata-Cho, Chiyoda-ku
Tokyo 100-0014, Japan
Tel: (+81)(0)3-3581-0101
Fax: (+81)(0)3-3581-3883
Email : via site Internet

Mr. Eisuke Mori
Minstre de laJustice
1-1-1 Kasumigaseki
Chiyoda-ku, Tokyo 100-8977, Japon
Tél: (+81)(0)3-3580-4111
Fax: (+81)(0)3-3592-7393
Email : webmaster@moj.go.jp

Ms. Yuko Obuchi
Ministre des Affaires Sociales et de l'Egalité des Genres
1-6-1 Nagata-cho, Chiyoda-ku, Tokyo 100-8914, Japon
Tél: (+81)(0)3-5253-2111
E-mail : via site Internet

Avec copie à :
Ms. Seiko Noda
Minister of Consumer Affairs
1-6-1 Nagata-cho, Chiyoda-ku, Tokyo 100-8914, Japan
Tel: (+81)(0)3-5253-2111

Lettres: 

Modèle de lettre à Illusion:

Cher M. Yoshimura,

Je vous adresse ce courrier pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet de la production et de la vente par Illusion Software de jeux informatiques tels que RapeLay, dont le but est de créer une simulation de viol et de violences sexuelles à l’égard de femmes. Le viol est un crime violent qui engendre une détresse considérable et cause un mal épouvantable aux victimes. En banalisant ainsi le viol, Illusion Software pourrait paraître promouvoir et même cautionner les actes de violence de cette nature à l’encontre des femmes.

Il est largement admis, notamment par les autorités japonaises, que la représentation dans les médias des femmes comme objets sexuels et/ou de violences a un « impact important » sur les stéréotypes de genre négatifs. Des jeux tels que ceux décrits, produits par Illusion Software, contribuent à normaliser la réification des femmes et à renforcer les préjugés culturels et sociétaux dangereux à l'égard des femmes et des filles.

Il incombe aux entreprises de prendre en compte, à titre de bonnes pratiques commerciales, l’incidence négative que leurs activités sont susceptibles d'avoir, à la fois sur les sociétés humaines et l'intérêt public en général. Je demande qu’Illusion Software cesse sur-le-champ la production et la vente de tous les jeux qui simulent et encouragent les violences contre les femmes et les filles.

Merci de votre attention.

Bien cordialement,

______________________

Modèle de lettre à Amazon Japon:

Cher M. Cheung

Je vous adresse ce courrier pour accueillir le retrait récent par Amazon Japon de RapeLay, un jeu informatique produit par Illusion Software dans lequel le joueur simule les viols d’une mère et ses deux filles. Je voudrais néanmoins vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet de la vente par Amazon Japon d’autres jeux informatiques dont le but est de perpétrer une simulation de viol et de violences sexuelles à l’encontre de femmes et des filles. Le viol est un crime violent qui engendre une détresse considérable et cause un mal épouvantable aux victimes. En encourageant de la sorte les violences à l’encontre des femmes, Amazon Japon pourrait donner l’impression de les cautionner.

Il est largement admis, notamment par les autorités japonaises, que la représentation dans les médias des femmes comme objets sexuels et/ou de violences a un « impact important » sur les stéréotypes de genre. Des jeux tels que ceux décrits, produits par Illusion Software et proposés à la vente par Amazon Japon, contribuent à normaliser la réification des femmes et à renforcer les préjugés culturels et sociétaux dangereux à l'égard des femmes et des filles. Amazon est une société reconnue dans le monde entier et, à ce titre, il lui incombe de se conformer aux principes les plus rigoureux en matière de responsabilité sociale, et notamment en prenant en compte, en tant que bonne pratique, tout impact négatif que ses activités sont susceptibles d’avoir sur la société et l’intérêt public.

Je demande qu’Amazon Japon retire immédiatement de la vente tous les jeux qui simulent et encouragent les violences contre les femmes et les filles.

Merci de votre attention.

Bien sincèrement,

______________________

Modèle de lettre au gouvernement du Japon:

Cher/Chère [nom],

Je vous adresse ce courrier pour vous faire part de ma profonde préoccupation au sujet de la vente, au Japon, de jeux informatiques tels que RapeLay, produit par Illusion Software, dont le but est de créer une simulation de viol et de violences sexuelles à l’encontre de femmes.

En vertu de l’article 5(a) de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), le Japon est tenu de « modifier les schémas et modèles de comportement socioculturel de l’homme et de la femme en vue de parvenir à l’élimination des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout autre type, qui sont fondés sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité de l’un ou l’autre sexe ou d'un rôle stéréotypé des hommes et des femmes ». La représentation dans les médias des femmes comme objets sexuels et/ou de violences a un impact important sur les stéréotypes de genre négatifs, ainsi que l’a reconnu le gouvernement japonais à l’occasion du plus récent examen périodique par le Comité de la CEDAW. L’article 14 de la constitution japonaise garantit l’égalité devant la loi et prévoit l’interdiction de toute « discrimination fondée sur la race, la croyance, le sexe, le statut social ou l’origine dans les relations politiques, économiques ou sociales ».

J’invite en conséquence respectueusement le gouvernement japonais à se conformer aux obligations lui incombant en vertu de la CEDAW, en promouvant des images positives des femmes en tant que membres égales de la société, en mettant en place des mesures et des politiques destinées à éliminer toute discrimination à l’égard des femmes, et notamment à interdire la vente de jeux informatiques tels que RapeLay qui normalisent et encouragent les violences à l’encontre des femmes et des filles.

Merci de votre attention.

Bien sincèrement,

 

Japon: La Mort de Maricris Sioson

Numéro de l'action: 
4.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
1993 Déc 1

Maricris Sioson

Le cas de Maricris Sioson - sa vie, sa mort, et l'inaction du gouvernement japonais malgré la preuve médicale d'homicide - est une illustration tragique de la vulnérabilité de dizaines de milliers de femmes philippines travaillant dans l'industrie du spectacle au Japon.

Comment agir: 

Veuillez attirer l'attention des médias et du grand public sur ce cas. Prenez contact avec les pouvoirs publics japonais suivants et l'ambassade du Japon dans votre pays, exprimant votre préoccupation au sujet de la mort de Maricris Sioson et le défaut du gouvernement japonais d'effectuer une enquête sur la preuve évidente qu'elle est morte de causes non naturelles. Réclamez une enquête sur la mort de Maricris Sioson et la poursuite de ceux qui en sont responsables, pour démontrer l'engagement du gouvernement japonais de faire respecter l'état de droit et assurer que la justice soit rendue pour Maricris Sioson et sa famille. Les lettres et les pétitions devraient être adressées aux pouvoirs publics suivants :

M. Tomiichi Murayama
Premier Ministre
1-6-1 Nagata-cho
Chiyoda-ku
Tokyo (Japon)

M. Yohei Kono
Ministre des Affaires Etrangères
2-2-1 Kasumigaseki
Chiyoda-ku
Tokyo (Japon)

M. Isao Shimizu
Procureur Général
Bureau local des procureurs de Fukushima
(Chiho kensatuscho)
17 Kitsunezuka
960 Fukushima (Japon)

M. Yasumitsu Kiuchi
Commissaire Général
Service de la Police Nationale
2-1-2 Kasumigaseki
Chiyoda-ku
Tokyo (Japon)

Syndiquer le contenu