Arabie Saoudite

Arabie saoudite: protéger les activistes des droits des femmes au lieu de les poursuivre

Numéro de l'action: 
31.6
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2013 Juin 18
Date de mise à jour: 
2013 Juil 18
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR 6 NOVEMBRE 2013 : Le 14 Juillet 2013, Wajeha Al-Huwaider et Fawzia Al-Oyouni ont déposé leur recours auprès de la cour d'appel. Si la cour d'appel confirme la décision du tribunal de district, les militantes seront emprisonnées pendant qu'elles préparent leur ultime recours. La cour d'appel n'a pas encore rendu de décision officielle et le gouvernement continue de faire pression sur Wajeha pour qu’elle ne participe pas aux campagnes de défenses des droits humains telles que la campagne Women2drive du 26 Octobre. Veuillez continuer à exhorter les autorités saoudiennes à annuler leur peine de prison et leur interdiction de voyager.


voir pdf

Comment agir: 

AGISSEZ !

Veuillez rejoindre Egalité Maintenant et exhorter les autorités saoudiennes à annuler l’interdiction de quitter le territoire et les peines de prison pour les deux activistes. Demandez-leur également de:

  • Les blanchir immédiatement et sans condition de toutes les accusations portées contre elles
  • Mettre en place, en consultation avec les défenseurs des droits des femmes, des mesures concrètes afin de protéger les femmes victimes de violence domestique ou risquant de l’être
  • Mettre fin au système de tutelle masculine et d’éliminer la discrimination envers les femmes et les filles, notamment en ce qui concerne l’accès à l’éducation et à l’emploi, ainsi que la capacité à faire leurs propres choix de vie
  • Protéger et promouvoir le droit des défenseurs des droits humains à militer pacifiquement.

Les courriers doivent être adressés à:

Sa majesté le roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966-1-491-2726

Son excellence le Dr Muhammad bin Abdul El Karim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyadh 11137
Kingdom of Saudi Arabia
Fax: +966-1-401-1741

Prince Mohammed bin Naif bin Abulaziz
Minister of Interior
Fax: +966-1-1442-0057

Avec une copie à: Commission des droits de l'Homme, Fax: +966 1 461 2061, Email: info@hrc.gov.sa

Lettres: 

Cher roi Abdallah, cher ministre:

Je vous écris au sujet de la condamnation le 15 juin 2013 de Wajeha Al-Huwaider et Fawzia Al-Oyouni, deux activistes des droits des femmes qui ont été reconnues coupables de Takhbib, le fait d’inciter une épouse à se soustraire à l'autorité de son mari. Elles ont été inculpées en raison de leur soutien à une Canadienne et ses enfants, qui auraient été maltraités par le mari saoudien de cette dernière. Bien qu’elles n’aient pas été condamnées pour avoir tenté d'aider la femme et les enfants à fuir le pays, Wajeha Al-Huwaider et Fawzia Al-Oyouni ont été reconnues coupables d’avoir «soutenu une femme à l'insu de son mari, compromettant par là même le mariage. » Le tribunal du district d’Al-Khobar les a condamnées à 10 mois de prison et leur a interdit de quitter le pays pour une durée de deux ans après la fin de leurs peines.

Le fait que les autorités saoudiennes aient non seulement puni ceux qui cherchent à défendre les droits humains, mais semblent également n’avoir rien fait pour enquêter sur les violences qui auraient été perpétrées par le mari, est très préoccupant et constitue une violation du droit international. Cela signifie que protéger un mari dominateur et apparemment violent est plus important que de garantir la sécurité d’une femme. Je crois comprendre que les autorités saoudiennes ont affirmé lors de réunions internationales que le système de tutelle masculine n’était pas prescrit par la loi. Cette condamnation semble cependant indiquer le contraire.

Je vous exhorte donc à annuler immédiatement les condamnations injustifiées prononcées contre Wajeha Al-Hwaider et Fawzia Al-Qyouni en les blanchissant de toutes les accusations portées contre elles et en supprimant l'interdiction de quitter le territoire. Par ailleurs, je vous demande de mettre en place, en consultation avec les défenseurs des droits des femmes, des mesures concrètes afin de protéger les femmes victimes de violence domestique ou risquant de l’être. Enfin, veuillez protéger et promouvoir le droit des défenseurs des droits humains à militer pacifiquement.

Je vous demande respectueusement de mettre fin au système de tutelle masculine, ce qui éliminerait la discrimination contre les femmes et les filles et leur permettrait de jouir pleinement de leurs droits humains. Cela serait également en conformité avec les normes internationales ratifiées par l'Arabie saoudite, notamment la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.

Je vous remercie de votre attention.

Cordialement,

Pour copie: La Commission des droits de l’Homme - email: info@hrc.gov.sa

Arabie saoudite: mettre fin au mariage précoce et à la tutelle masculine sur les femmes

Numéro de l'action: 
31.5
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2013 Mai 16

voir pdf

Comment agir: 

AGISSEZ !

Veuillez écrire aux autorités ci-dessous et les exhorter à offrir des garanties pour que les filles et les femmes disposent d’un véritable choix quant à la sélection d'un conjoint et au moment du mariage en:

  • Adoptant et appliquant la législation qui propose d’établir un âge minimum de mariage
  • Allant plus loin et en relevant l'âge minimum de mariage à 18 ans afin de se conformer aux normes internationales
  • Mettant fin au système de tutelle masculine et en éliminant la discrimination envers les femmes et les filles, notamment en ce qui concerne l’accès à l’éducation et à l’emploi, ainsi que la capacité à faire leurs propres choix de vie

Les courriers doivent être adressés à:

Sa majesté le roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966-1-491-2726

Son excellence le Dr Abdullah Bin Mohammed Bin Ibrahim Al-Sheikh
Président du conseil de la Choura
Tél: +966-1-482-1666
Fax: +966-1-481-6985
Email: webmaster@shura.gov.sa

Son excellence le Dr Muhammad bin Abdul El Karim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyadh 11137
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966-1-401-1741

Avec une copie à: Commission des droits de l'Homme, Fax: +966 1 461 2061, Email: info@hrc.gov.sa

Lettres: 

Cher roi Abdallah, président du Conseil de la Choura / ministre:

Puisqu’il n'existe actuellement pas de loi relative à un âge minimum de mariage en Arabie saoudite, je me félicite de la proposition introduite le 8 avril 2013 par le ministère de la Justice. Je crois comprendre que le projet de législation fixe l'âge minimum du mariage à 16 ans et qu’il envisage des conditions préalables à tout mariage d'une fille âgée de moins de 16 ans. Ceci constitue une première étape en ce qui concerne la protection de filles qui pourraient autrement être mariées sans restriction. Ces mesures révèlent également un plus grand respect des obligations internationales de l'Arabie saoudite, je les accueille donc favorablement et vous exhorte à soutenir sans délai leur adoption et leur mise en œuvre.

Toutefois, conformément aux normes internationales telles que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et la Convention relative aux droits de l'enfant (toutes deux ratifiées par l'Arabie saoudite), je vous demande respectueusement d'aller plus loin en relevant rapidement l'âge minimum du mariage à 18 ans et en mettant fin au système de tutelle masculine. Veuillez également veiller à ce qu'il existe des garanties appropriées pour que les femmes disposent d’un vrai choix quant à la sélection d'un conjoint et au moment du mariage. Cela permettra aux femmes et aux filles saoudiennes de jouir de leurs droits et de réaliser leurs ambitions.

Je vous remercie de votre attention.

Cordialement,

 

Cc: La Commission des droits de l’Homme, email:info@hrc.gov.sa

Appel Renouvelé pour l'abrogation de la Fatwa de l'Arabie Saoudite Interdisant aux Femmes de Conduire

MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2011 Mai 26
Date de mise à jour: 
2012 Juin 11
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR - Juin 2012: les activistes saoudiennes revendiquent le droit de conduire depuis plus de vingt ans, l’initiative la plus récente étant la campagne Women2Drive. Cette campagne a été lancée le 17 juin 2011 mais le gouvernement n'a toujours pas pris de mesures pour accorder aux femmes le droit de conduire. Au contraire, les activistes saoudiennes qui luttent pour les droits des femmes sont prises pour cible par le gouvernement. Manal Al-Sharif, celle qui est le fer de lance de la campagne Women2Drive, a été persécutée pour son initiative. Elle a été incarcérée, a fait l’objet de menaces, et  a perdu son emploi pour s’être prononcée en faveur du droit des femmes à conduire. AGISSEZ! (En anglais seulement)

Ce 17 juin 2012, date du premier anniversaire de la campagne, les militantes saoudiennes appellent à un soutien renouvelé en faveur de la campagne Women2Drive en demandant aux femmes et aux hommes du monde entier de se rendre en voiture aux consulats et ambassades d'Arabie saoudite et de klaxonner pour manifester leur soutien. Veuillez vous joindre à nous pour soutenir les efforts continus des saoudiennes qui revendiquent le droit de conduire et continuer à appeler le gouvernement saoudien à lever l'interdiction de conduire pour les femmes.

_______

MISE A JOUR - 16 Février 2012: d'après certaines informations, deux militantes saoudiennes pour les droits des femmes , Manal Al-Sherif et Samar Badawi, ont intenté des poursuites contre le ministère de l'Intérieur pour avoir refusé de leur délivrer leur permis de conduire. Elles affirment que, parce qu’il n’existe pas de loi interdisant explicitement aux femmes de conduire, il n’y a pas de justification au refus de leur délivrer des permis de conduire. Bien que la Fatwa, ou décret religieux, interdisant aux femmes de conduire ne soit pas juridiquement contraignante, elle est appliquée par les autorités et a donc effectivement force de loi en Arabie Saoudite. Egalité Maintenant soutient les efforts des femmes qui défendent les droits humains en cherchant à tenir le gouvernement saoudien responsable et en revendiquant le droit de conduire, et par la même la liberté de mouvement qui est essentielle à la réalisation de droits associés, y compris du droit à l'éducation, à la santé, et à l'emploi. Veuillez vous joindre à nous tandis que nous continuons à soutenir les efforts des femmes saoudiennes et exhortez le gouvernement saoudien à abroger cette Fatwa qui viole les droits humains fondamentaux des Saoudiennes. 

_______

MISE A JOUR - 29 Septembre 2011: Selon des rapports, le roi saoudien aurait révoqué la peine de flagellation infligée à une femme pour avoir conduit une voiture à Djeddah. La femme a été condamnée le 27 Septembre 2011 à dix coups de fouet par un tribunal de Djeddah. Selon certaines sources, deux autres femmes saoudiennes seraient également accusées d’avoir conduit. Veuillez écrire au gouvernement saoudien, l’exhortant à libérer toutes les femmes détenues ou arrêtées pour avoir conduit et à ordonner que les femmes conductrices ne soient pas détenues, arrêtées ou harcelées de quelque façon que ce soit. Veuillez continuer à exprimer votre soutien pour les femmes impliquées dans la campagne Women2Drive et appeler le gouvernement à lever la fatwa interdisant aux femmes de conduire.

Egalité Maintenant est profondément préoccupé par la Fatwa de l’Arabie saoudite interdisant aux femmes de conduire (Cheikh Abdel Aziz Bin Abdallah Bin Baz, 1990) et par la récente arrestation de Manal al-Sherif, une militante saoudienne pour les droits des femmes qui a été emprisonnée le 22 mai 2011 à Dammam, dans l’est du royaume. Selon des rapports, elle était l'une des organisatrices d'une campagne internet contre la Fatwa et a bravé l’interdiction deux fois pour faire avancer sa cause.

Comment agir: 

Veuillez écrire au roi d'Arabie saoudite pour lui demander de remédier à cette violation en abrogeant cette Fatwa. Appelez-le à libérer immédiatement Manal al-Sherif. Exhortez-le à garantir la non-discrimination et l’égalité devant la loi et dans la pratique pour les femmes en Arabie saoudite. Veuillez envoyer une lettre similaire au ministre de la Justice. AGISSEZ! (En anglais seulement)

Les lettres doivent aller à:

Sa Majesté, le Roi Abdullah bin Abdul
Aziz Al Saoud
Royaume d'Arabie saoudite
Fax: +966 1 491 2726

Son Excellence le Dr. Abdul bin Muhammad
El Karim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyad 11137
Royaume d'Arabie saoudite
Fax: +966 1 401 1741

Avec une copie à: Commission des droits humains, B.C. Box 58889 Riyad 11515, King Fahed Street, Building 373, Riyad, Royaume d'Arabie Saoudite. Email: hrc@haq-ksa.org

Lettres: 

[Votre Altesse] [Monsieur le Ministre],

Je vous écris pour exprimer ma profonde préoccupation concernant l'interdiction aux femmes de conduire en Arabie Saoudite comme en témoigne la fatwa émise par cheikh Abd al-Aziz ibn Abd Allah ibn Baaz en 1990.

Les saoudiennes ne cessent de revendiquer le droit de conduire depuis plus de vingt ans mais aucune mesure n'a été prise par le gouvernement pour répondre à leurs demandes. Au contraire, le gouvernement cible ces activistes pour leur lutte en faveur des droits des femmes. Selon des témoignages,  l’activiste pour les droits des femmes Manal Al-Sherif est persécutée pour ses initiatives. Elle a été incarcérée, a fait l’objet de menaces et  a perdu son emploi pour avoir dénoncé le gouvernement. Je tiens à exprimer mon soutien à ces femmes courageuses et au mouvement grandissant de Saoudiennes qui revendiquent le droit de conduire, essentiel à la liberté de mouvement, et qui exhortent les autorités à lever l'interdiction de prendre le volant en vigueur.

Je vous appelle respectueusement à veiller à ce que le ministère de l'Intérieur délivre des permis de conduire aux femmes ayant passé l’examen de conduite, et émette des instructions claires stipulant que les conductrices ne devraient pas être détenues, arrêtées ou harcelées en aucune façon. Je demande instamment aux autorités d'abroger la Fatwa et de lever l'interdiction qui empêche effectivement les femmes de conduire et porte atteinte à la capacité des femmes de jouir de leurs droits. Je vous demande également de garantir la non-discrimination et l’égalité devant la loi et dans la pratique pour les femmes en Arabie saoudite.

Je vous remercie de votre attention.

Veuillez agréer l’expression de mes salutations les plus respectueuses,

Cc: La Commission des droits de l’Homme (e-mail: hrc@haq-ksa.org)

Egalite Maintenant Reprouve la Decision d’un Tribunal Saoudien Condamnant une Victime de Viol a 200 Coups de Fouet et 6 Mois D’emprisonnement

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2007 Nov 19

New York, 19 Novembre 2007 - Selon les médias, une femme de 19 ans originaire de Qatif, en Arabie saoudite, a été brutalement agressée et violée par sept hommes il y a environ un an et demi. Tout en cherchant à obtenir justice, la femme a elle-même été condamnée en octobre 2006 à 90 coups de fouet pour s’être trouvée en compagnie d'un homme dont elle n'était pas parente lors de l’agression.

Comment agir: 

Veuillez contacter l'ambassade d'Arabie saoudite et le Ministère des Affaires étrangères de votre pays. Exhortez ces fonctionnaires à transmettre votre inquiétude regardant cette injustice et à prendre toutes les mesures en leur pouvoir pour empêcher la flagellation et l’emprisonnement de cette victime de viol saoudienne. Pour les États-Unis, veuillez contacter: Ambassadeur d'Arabie saoudite, Adel Al-Jubeir, Washington, au (202) 342-3800 Ou Consulats généraux: New York au (212) 752-2740, Los Angeles, au (310) 479-6000, Houston (713) 785-5577

Arabie Saoudite: Garantir aux femmes l'égalité des chances à l'éducation et éradiquer la tutelle masculine

Numéro de l'action: 
31.4
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2011 Avr 5
Swsan and her father
Swsan et son père

Swsan Ali El Demini, une fille saoudienne de 18 ans intelligente et ambitieuse , rêve d'obtenir la meilleure éducation possible. Cependant, les études ont été pour Swsan un combat de tous les instants.

Comment agir: 

Veuillez écrire au roi d'Arabie saoudite, au ministre de l'Enseignement supérieur, au ministre de l'Éducation et au Conseil de la Shura en leur demandant de respecter leurs obligations envers le droit international pour donner aux hommes et aux femmes des droits égaux en matière d'éducation et un accès égal à tous les niveaux scolaires, ainsi qu’aux équipements, infrastructures et ressources pédagogiques. Exhortez-les à annuler toutes les obligations entravant les étudiantes dans la poursuite de leurs études à tous les niveaux scolaires, y compris l’obligation selon laquelle un tuteur masculin doit accompagner toute femme saoudienne étudiant à l'étranger avec l’aide une bourse gouvernementale. Exhortez-les à veiller à ce que le système juridique et judiciaire saoudien reflète les proclamations selon lesquelles les femmes ne sont pas soumises à une tutelle masculine, mais qu’elles sont en droit, entre autres aspects, de poursuivre leurs études à tous les niveaux scolaires avec un accès aux mêmes champs d'étude, ressources, infrastructures et équipements pédagogiques, et dans les mêmes conditions que leurs homologues masculins. Veuillez envoyer une copie à la Commission des droits de l’Homme de l'Arabie saoudite.

>> AGISSEZ!

Envoyez les lettres à:

Sa Majesté, Roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Royaume d'Arabie saodite
Fax: +966 1 491 2726

Son excellence, Dr. Khaled Al Anqari
Ministre de l'Enseignement Supérieur
Tel: +966 1 441 5555      
Fax: +966 1 441 9004
contact@mohe.gov.sa

Son excellence, Faisal Bin Abdullah bin Muhammad Al Sud
Ministre de l'Education
Fax: +96614057279

Son ecellence, Dr. Abdullah Bin Mohammed Bin Ibrahim Al-Sheikh
Président du Conseil de la Shura
Tel: +966 1 482 1666, +966 1 482 1666            
Fax: +966 1 481 6985
webmaster@shura.gov.sa

Avec une copie à:

Commission des droits de l'homme
P.O. Box 58889 Riyad 11515
King Fahed Street, Building 373, Riyad
Royaume d’Arabie saoudite
Email: hrc@haq-ksa.org

Lettres: 

[Sa majesté le Roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966 1 491 2726]

[Son excellence le Dr. Khaled Al Anqari
Ministre de l’Enseignement supérieur
Tel: +966 1 441 5555
Fax: +966 1 4419004
contact@mohe.gov.sa]

[Son excellence Faisal Bin Abdullah bin Muhammad Al Sud            
Ministre de l’Education]
Fax: +96614057279

[Son excellence le Dr. Abdullah Bin Mohammed Bin Ibrahim Al-Sheikh
Président de la Shura
Conseil de la Shura
Tel: +966 1 4821666, +966 1 4821666      
Fax: +9661 4816985
webmaster@shura.gov.sa]

[Date]

[Votre Altesse] [Monsieur le Ministre],

Je vous écris pour exprimer ma profonde préoccupation au sujet du système de tutelle masculine en Arabie Saoudite qui, entre autres choses, restreint l'accès des filles à l'éducation et, par conséquent, à un avenir prospère et fructueux. Les filles ne peuvent pas être éduquées sans le consentement de leur tuteur masculin, peuvent être limitées dans leurs efforts pour poursuivre leurs études à n'importe quel niveau scolaire, ne peuvent pas quitter les locaux des établissements d'enseignement sans la permission d'un tuteur masculin, et ne peuvent voyager à l'étranger pour étudier avec une bourse gouvernementale sans un tuteur masculin. En outre, le système éducatif saoudien non mixte met également à la disposition des femmes des équipements et infrastructures de qualité inférieure ainsi que des programmes et champs d'études restreints.

Un cas typique est celui de Swsan Ali El Demini, une fille de 18 ans désirant poursuivre ses études aux États-Unis. Cependant, puisque sa famille a besoin de l’aide du gouvernement pour couvrir le coût d'une éducation aux États-Unis, Swsan n'est pas en mesure de postuler en raison de l’obligation du ministère saoudien de l'Education selon laquelle un tuteur masculin doit accompagner toute femme saoudienne étudiant à l'étranger avec l’aide d’une bourse gouvernementale.

Je vous exhorte à veiller à ce que l'Arabie saoudite soit à la hauteur de ses obligations envers le droit international pour donner aux hommes et aux femmes des droits égaux en matière d'éducation et un accès égal à tous les niveaux scolaires, ainsi qu’aux équipements, infrastructures et ressources. À cet égard, je vous exhorte à annuler toutes les obligations entravant les étudiantes dans la poursuite de leurs études à tous les niveaux, y compris l’obligation selon laquelle un tuteur masculin doit accompagner toute femme saoudienne étudiant à l'étranger avec l’aide d’une bourse gouvernementale. Veuillez veiller à ce que le système juridique et judiciaire saoudien reflète les proclamations selon lesquelles les femmes ne sont pas soumises à une tutelle masculine, mais qu’elles sont en droit, entre autres aspects, de poursuivre leurs études à tous les niveaux scolaires avec un accès aux mêmes champs d'étude, ressources, infrastructures et équipements pédagogiques, et dans les mêmes conditions que leurs homologues masculins.

Je vous remercie de votre attention.

Veuillez agréer l’expression de mes salutations les plus respectueuses,

Cc: La Commission des droits humains (email: hrc@haq-ksa.org); Conseil de la Shura
 

Arabie Saoudite: éradiquez les mariages d'enfants et la tutelle masculine sur les femmes

Numéro de l'action: 
31.3
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2010 Nov 29
Date de mise à jour: 
2012 Nov 6
MISE A JOUR: 

MISE A JOUR - 20 MARS 2013: le juge a instruit l’affaire Fatima plus tôt que prévu et issu en novembre 2012 les documents de divorce sans exiger le remboursement de la dot. Après un délai légal de 90 jours, le divorce de Fatima a été finalisé le 10 février dernier. Nous allons continuer à travailler avec les activistes saoudiens pour obtenir l’interdiction des mariages d'enfants en Arabie saoudite.


MISE A JOUR - 6 NOVEMBRE 2012: Nos partenaires saoudiens nous ont récemment informés que, depuis mai 2011, Fatima, une enfant mariée âgée de 12 ans, est de retour au foyer familial et a refusé de retourner chez son mari. Avec le soutien de son oncle, elle tente d'obtenir un divorce. Son mari veut qu'elle revienne à sa maison lorsqu’elle sera plus âgée et affirme qu'il ne lui accordera pas le divorce à moins qu'une forte somme d'argent ne lui soit payée. La date de la première audience du procès en divorce a été fixée par un juge au 12 décembre 2012.

En ce qui concerne l’aide juridique, nous étudions avec nos partenaires les stratégies à adopter pour que Fatima puisse poursuivre la procédure de divorce. Nous craignons cependant que le juge ne donne tort à Fatima si elle n’est pas en mesure de rembourser la dot que son père a déjà dépensée. Veuillez continuer à agir et à maintenir la pression sur le roi d'Arabie saoudite pour qu’il émette un décret interdisant les mariages d'enfants par l'établissement d’un âge minimum de mariage de 18 ans et prévoyant des sanctions pour les adultes qui concluent ou facilitent de telles unions. Appelez- le à annuler les mariages d’enfants mariées dont les contrats de mariage ont été exécutés mais qui n'ont pas encore été remises à leurs maris, et à veiller à ce que enfants mariées qui vivent avec leur mari aient les moyens d'annuler leur mariage.


Egalité Maintenant a été informé de plusieurs cas de filles Saoudiennes mariées suite à l’injonction de leurs tuteurs masculins. L’affaire la plus récente concerne Fatima, de la province de Najran et âgée de 12 ans, qui a été mariée le 5 Octobre 2010 à un homme de 50 ans ayant déjà une épouse et dix enfants, la plupart beaucoup plus âgés que Fatima. Son père, Ali, qui est au chômage et dépendant à la drogue, l'a vendue en mariage pour 40 000 riyals saoudiens (environ 7850 euros), une somme qu'il a utilisé pour s'acheter une voiture.

Comment agir: 

Veuillez écrire au roi d'Arabie saoudite pour lui demander d'émettre un décret interdisant les mariages d'enfants par l'établissement d’un âge minimal de mariage de 18 ans et prévoyant des sanctions pour ceux qui concluent ou facilitent de telles unions. Invitez-le à prendre des mesures urgentes pour annuler les mariages de jeunes épouses dont les contrats de mariage ont été exécutés mais qui n'ont pas encore été remises à leurs maris, et pour s'assurer que soit procuré aux mineures déjà mariées vivant avec leur mari un véritable choix pour annuler leur mariage. Veuillez l'exhortez à veiller à ce que le système de tutelle masculine sur les femmes soit aboli, de sorte que soit garanti aux femmes saoudiennes le droit, entre autres, de contracter des mariages de leur choix. À cet égard, exhortez-le à soutenir la création d'un droit codifié du statut personnel pour garantir les droits des femmes dans le cadre du mariage et du divorce, en s’assurant que ce droit soit fondé sur des principes d'égalité et de non-discrimination. Veuillez envoyer une lettre similaire à la ministre de la Justice et des copies à la Commission des droits de l'homme. AGISSEZ!

Envoyez les lettres à:

Sa majesté, Roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966 1 491 2726

Son excellence, Dr. Muhammad bin Abdul Elkarim
Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyad 11137
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966 1 401 1741

Avec une copie à:

Commission des droits de l'homme
P.O. Box 58889 Riyad 11515
King Fahed Street, Building 373, Riyad
Royaume d’Arabie saoudite
Email: hrc@haq-ksa.org

Lettres: 

[Sa majesté le Roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966 1 491 2726]

[Son excellence le Dr. Muhammad bin Abdul Elkarim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyad 11137
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966-1-401-1741]

 [Date]

[Son Altesse] [Cher Ministre],

Je vous écris pour exprimer ma profonde préoccupation au sujet de la question du mariage des enfants en Arabie saoudite et de l'impact extrêmement négatif de ce mariage pour les filles. Un cas récent est celui de Fatima, de la province Najran et âgée de 12 ans, qui a été mariée par son père à un homme de 50 ans ayant une épouse et dix enfants en échange d’une somme de 40.000 riyals saoudiens que son père a utilisé pour acheter une voiture. Le grand-père et l’oncle paternels de Fatima étaient opposés au mariage, mais ne pouvaient pas l'empêcher car son père Ali, en tant que tuteur masuclin, a en vertu de la loi saoudienne le droit de la marier à tout âge et à qui il veut. Ils craignent que deux plus jeunes sœurs de Fatima soient soumises à un sort semblable.

Les mariages des enfants violent les droits fondamentaux des filles en les excluant des décisions concernant le moment du mariage et le choix du conjoint. Des organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF et le FNUAP ont souligné les conséquences physiques, émotionnelles, psychologiques, intellectuelles et sexuelles néfastes du mariage des enfants sur les filles. Le mariage de Fatima la privera, entre autres, d'une éducation et compromettra gravement son droit à un bien-être physique, mental, et émotionnel.

Je vous exhorte à émettre un décret interdisant les mariages d'enfants en établissant un âge minimal de mariage de 18 ans, et prévoyant des sanctions pour ceux qui concluent ou facilitent de telles unions. Je vous exhorte aussi à prendre des mesures urgentes pour annuler les mariages de jeunes épouses dont les contrats de mariage ont été exécutés mais qui n'ont pas encore été remises à leurs maris, et pour s'assurer que soit procuré aux mineures déjà mariées vivant avec leur mari un véritable choix pour annuler leur mariage. Veuillez vous assurer que le système juridique et judiciaire Saoudien reflète ce que de votre gouvernement a déclaré devant les instances internationales, à savoir que les femmes ne sont pas soumises à la tutelle masculine, mais ont plutôt le droit, entre autres, de contracter des mariages de leur choix. À cet égard, je vous exhorte à soutenir la création d'un droit codifié du statut personnel pour garantir les droits des femmes dans le cadre du mariage et du divorce, en s’assurant que ce droit soit fondé sur des principes d'égalité et de non-discrimination.

Je vous remercie de votre attention.

Veuillez agréer l’expression de mes salutations les plus respectueuses,

Cc: La Commission des droits de l'homme (email: hrc@haq-ksa.org)

Alerte Info: Saudi Arabia: Egalité Maintenant lance un appel à la réunification urgente de la famille de Fatima Bent Suleiman Al Azzaz et Mansour Ben Attieh El Timani, dont la santé se détériore

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Juil 27

Egalité Maintenant a récemment demandé aux autorités saoudiennes de prendre des mesures d’urgence pour réunir Fatima Bent Suleiman Al Azzaz et Mansour Ben Attieh El Timani, mariés et heureux en ménage, contraints de divorcer contre leur gré et de vivre séparément, contre leur volonté, depuis plus de trois ans. Pour plus d’informations sur cette affaire, nous vous invitons à consulter le site suivant Action Femmes 31.1.

Comment agir: 

Nous vous demandons d’écrire à l’ambassadeur saoudien dans votre pays, pour demander que Fatima, Mansour et leurs enfants soient immédiatement réunis, afin qu'ils puissent reconstruire leur vie en paix et dans la sécurité, sans crainte de persécutions ou d’abus. Demandez aux autorités saoudiennes de mettre fin aux divorces forcés, pour que les couples qui le souhaitent puissent vivre réunis.

Les coordonnées des ambassades d’Arabie saoudite dans le monde figurent sur les sites Internet suivants :

http://embassy-finder.com/fr/saudi-arabia_embassies

Please send copies of your letters to:

Dr. Bandar bin Abdullah El Aiban
President
The Human Rights Commission
P.O. Box 58889 Riyadh 11515
King Fahed Street
Building 373, Riyadh
Kingdom of Saudi Arabia
Fax: +966 14 612 061
Email: hrc@haq-ksa.org

Lettres: 

Monsieur l’Ambassadeur,

J’ai appris avec grande inquiétude le grave traumatisme dont souffre Nuha, la fille aujourd’hui âgée de 5 ans de Fatima Bent Suleiman Al Azzaz et de Mansour Ben Attieh El Timani, divorcés contre leur gré par les autorités saoudiennes, en violation des obligations de l’Arabie saoudite en vertu de la Convention de l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et de la Convention sur les droits de l’enfant. La séparation contrainte et forcée des parents de Nuha et de son jeune frère, Suleiman, ainsi que le traitement intolérable qui leur est infligé par les autorités saoudiennes, ne sont pas, de l'aveu même du gouvernement d'Arabie saoudite, obligatoires en vertu de la loi. Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour mettre un terme aux souffrances subies par cette famille. Veuillez demander à Sa Majesté le Roi de permettre la réunification immédiate de Fatima, Mansour et leurs enfants, et de reconstruire leurs vies détruites à l'abri des persécutions et des abus. Je vous demande d’agir de même pour tous les autres couples, contraints au divorce en Arabie saoudite et qui souhaitent être réunis.

Veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.

 

Arabie saoudite : Divorce forcé – les femmes sous la tutelle perpétuelle des hommes de leur famille

Numéro de l'action: 
31.1
MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Fév 1

Fatima Bent Suleiman Al Azzaz a épousé Mansour Ben Attieh El Timani en 2003 avec le consentement de son père (son tuteur) comme il en est obligatoire en Arabie saoudite. Le couple était heureux et a eu deux enfants, Nuha, une petite fille née en mai 2004, et Suleiman, un garçon né en novembre 2005.

Comment agir: 

Nous vous prions d’écrire au roi d’Arabie saoudite et au ministre de la Justice pour leur demander de faire en sorte que, conformément aux déclarations officielles, le système juridique et judiciaire saoudien ne maintienne pas les femmes sous la tutelle masculine mais leur donne le droit, entre autres, de choisir et conserver l’époux qui leur convient sans l’intervention de tiers. A cet égard, demandez-leur instamment d’appuyer l’instauration d’un code de la personne afin de garantir les droits des femmes dans le mariage et le divorce, en veillant à ce que ce code soit fondé sur les principes d’égalité et de non-discrimination. Appelez-les à agir de toute urgence pour réunir Fatima, Mansour et leurs enfants, qui forment une famille dont les droits sont reconnus et protégés par la constitution saoudienne, ainsi que d’autres couples dont le divorce a été prononcé sans leur consentement (dans la mesure où ces couples souhaitent être réunis) et pour garantir qu’aucun divorce ne soit prononcé sans le consentement d’au moins l’un des deux époux. Envoyez vos lettres à:

Sa Majesté le Roi Abdallah bin Abdulaziz Al Saoud
Royaume d’Arabie saoudite
Tel : +966 1 488 2222
Fax : +966 1 491 2726

Son Excellence Dr. Muhammad bin Abdul Elkarim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyad 11137
Royaume d’Arabie saoudite
Fax : +966-1-401-1741

Avec une copie à :

Dr. Bandar bin Abdullah El Aiban
Président
Commission des droits de l’homme
P.O. Box 58889 Riyad 11515
King Fahed Street
Building 373, Riyad
Royaume d’Arabie saoudite
Fax : +966 14 612 061
Courriel : shakwa@haq-ksa.org

Lettres: 

[Sa Majesté le Roi Abdallah bin Abdulaziz Al Saoud
Royaume d’Arabie saoudite
Fax: +966 1 491 2726]

[Son Excellence Dr. Muhammad bin Abdul Elkarim Abdul Azziz El Issa
Ministre de la Justice
University Street, Riyad 11137
Royaume d’Arabie saoudite
Fax : +966-1-401-1741]
[Date]

[Votre Altesse] [Monsieur le Ministre],

Je vous écris au sujet de Fatima Bent Suleiman Al Azzaz, que l’on a obligée à divorcer de son mari Mansour Ben Attieh El Timani par une décision judiciaire confirmée par la cour de Cassation. Le juge a estimé que tout parent d’une femme pouvait demander à la justice d’invalider son mariage au motif de son « incompatibilité tribale » avec son mari, et a confirmé le principe de la tutelle perpétuelle des hommes sur les femmes de la famille. Plusieurs autres cas de divorce forcé ont été enregistrés depuis.

Je vous demande instamment d’agir immédiatement pour réunir Fatima, Mansour et leurs deux enfants, qui forment une famille dont les droits sont reconnus et protégés par la constitution saoudienne, ainsi que d’autres couples qui ont été divorcés sans leur consentement (dans la mesure où ces couples veulent être réunis), et de veiller à ce qu’aucun divorce ne soit prononcé sans le consentement d’au moins l’un des époux. A cet égard, je vous demande de faire en sorte que, conformément aux déclarations du gouvernement saoudien, le système juridique et judiciaire saoudien ne maintienne pas les femmes sous la tutelle masculine mais leur donne le droit, entre autres, de choisir et conserver l’époux qui leur convient sans l’intervention de tiers. Je vous invite instamment à appuyer l’instauration d’un code de la personne afin de garantir les droits des femmes dans le mariage et le divorce, en veillant à ce que ce code soit fondé sur des principes d’égalité et de non-discrimination.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, [Votre Altesse]/[Monsieur le Ministre], à l’assurance de ma très haute considération.
 

Arabie Saoudite : Appel urgent à l'annulation du mariage d'une fillette de 10 ans

MISE A JOUR: 
Not an update
Date: 
2009 Juin 1

Amneh Mohmad Sharahili, une écolière saoudienne de 10 ans, a été mariée par son père à un homme, également saoudien, de 25 ans. Bien que le contrat de mariage d’Amneh ait été fait à la mi-février 2009, elle n’a toujours pas été remise à son mari et continue de vivre avec ses parents. Son père a l’intention de la remettre à son mari au mois de juillet. Amneh, qui voudrait poursuivre ses études, pour devenir enseignante, ne comprend pas bien ce que signifie le mariage.

Comment agir: 

Veuillez écrire au Roi d’Arabie Saoudite pour lui demander de publier un édit fixant un âge minimum pour le mariage et interdisant le mariage des enfants. Appelez-le à prendre des mesures d’urgence pour annuler le mariage d’Amneh et ceux des autres fillettes pour lesquelles ont été conclus des contrats de mariage, mais qui n’ont pas encore été remises à leur mari. Demandez-lui également de faire en sorte que les petites filles mariées qui vivent déjà avec leur mari se voient offrir véritablement le choix d’annuler leur mariage, et que, si elles optent pour l’annulation, les choses se déroulent en douceur, sans que cela ait des conséquences négatives sur les filles. Veuillez également exhorter le Roi à apporter son soutien à l'adoption d'une loi codifiée relative au statut des personnes, garantissant le droit des femmes au mariage et au divorce, et à s’assurer que cette loi soit fondée sur les principes d’égalité et de non-discrimination. Adressez une lettre similaire au ministre de la Justice. Les courriers doivent être envoyés aux personnes suivantes :

His Majesty, King Abdullah bin Abdul
Aziz Al Saud
Kingdom of Saudi Arabia
Fax : +966 1 491 2726

His Excellency Dr. Muhammad bin Abdul
El Karim AbdulAzziz El Issa
Minister of Justice
University Street, Riyadh 11137
Kingdom of Saudi Arabia
Fax : +966 1 401 1741

avec copie à :

The Human Rights Commission
P.O. Box 58889 Riyadh 11515
King Fahed Street
Building 373
Riyadh
Kingdom of Saudi Arabia
E-mail :hrc@haq-ksa.org

Lettre modèle
 

Arabie Saoudite : les femmes sous la tutelle perpétuelle des hommes de leur famille

Numéro de l'action: 
31.2
MISE A JOUR: 
UPDATE
Date: 
2010 Mai 17

Le 17 février 2010, après quatre années de séparation, Fatima Bent Suleiman, Mansour El Timani et leurs enfants ont finalement été réunis, après une décision du Conseil judiciaire suprême qui annulait leur divorce forcé. Le mariage de Fatima avait été approuvé par le père de la jeune femme en 2003. Mais après la mort de celui-ci, les demi-frères de Fatima ont lancé une action en justice pour obtenir que celle-ci soit divorcée d’office de son mari pour cause d'« incompatibilité tribale ».

Comment agir: 

Nous vous demandons d’écrire au Roi et au Ministre de la justice d’Arabie saoudite pour leur demander de veiller à ce que le système juridique et judiciaire saoudien reflète les proclamations de leur pays selon lesquelles les femmes ne sont pas soumises à une tutelle masculine, mais qu'elles sont en droit, entre autres aspects, de se marier comme il leur plaît et de le rester tant qu'elles le souhaitent, sans interférence de tiers, et de prendre toutes décisions les concernant quant à leur éducation, leur santé, leurs déplacements, leur emploi et les autres aspects de leur existence. Exhortez-les à apporter leur soutien à la mise en place d'un droit des personnes codifié, afin de garantir les droits des femmes en matière de mariage et de divorce, ainsi que dans tous les autres aspects de leur existence, et de mettre fin au système de la tutelle masculine sur les femmes qui compromet leur participation dans la vie privée et publique. AGISSEZ!

Les courriers doivent être envoyés aux personnes suivantes :

His Majesty, King Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud
Kingdom of Saudi Arabia
Télécopie : +966 1 491 2726

His Excellency Dr. Muhammad bin Abdul Elkarim Abdul Azziz El Issa
Minister of Justice
University Street, Riyadh 11137
Kingdom of Saudi Arabia
Télécopie : +966 1 401 1741

Avec copie à :
The Human Rights Commission (La Commission des droits humains)
P.O. Box 58889, Riyadh 11515
King Fahed Street, Building 373, Riyadh
Kingdom of Saudi Arabia
E-mail: hrc@haq-ksa.org

Lettre type

Syndiquer le contenu